L'AN 2017....

Publié le par Daniella

L'AN 2017....

Je remercie tous les internautes qui ont sillonné ce blog tout au long de l’année 2016 et ceux qui ont eu la gentillesse de laisser un message. Ceux qui ont communiqué leur détresse et leur requête de prière que j'ai présenté au Père céleste.
La tradition voudrait que je vous souhaite à tous une bonne année 2017 mais je voudrais surtout attirer votre attention sur l’origine de cette tradition qui se perpétue même dans l’Eglise de Jésus Christ. 
Beaucoup se croient obligés de donner des révélations, des prophéties au sujet de l’année et choisissent cette période pour le faire tels des astrologues, des diseurs de bonne aventure. 
Dans le mouvement pentecôtiste, beaucoup d’églises fêtent Noel et nouvel an et observent les différentes traditions du monde. 


Le Seigneur disait aux religieux :
«Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu’il est écrit: Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes… Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition… annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie» (Mc 7:6-9,13). 


Il faut se demander qui se cache derrière toutes ces festivités païennes de fin d’année. 
Dieu est-il honoré ? 
Notez que le Noel que nous avons connu enfants n’est plus ce qu’il était. 
Au nom de la laïcité, cette fête n’aura bientôt plus rien de religieux et révélera de plus en plus sa véritable origine païenne. 
La tradition du nouvel an est très ancienne. Sous Charlemagne paraît-il, l'année commençait à Noël, le 25 décembre puis Jules César, Charles IX fixèrent le premier jour de l'année, le Nouvel An, au 1 janvier.  On mise pour le réveillon et pour ce jour une grande fête avec des débordements de joie, de la musique, de la nourriture variée en abondance, des étrennes pour les enfants et des échanges de vœux ou de bons présages.


LE DIEU JANUS
Ce jour était consacré par les romains au dieu Janus, le dieu des portes et des commencements qui a notamment donné le mois de janvier. Il est associé au commencement de l'année, au début du mois, les calendes et à l'aube, le lever du jour. Il avait deux faces, l'une tournée vers l'avant (le futur), l'autre vers l'arrière (le passé). 


L’historien Ovide rapporte une prière rituelle dédiée à ce dieu au nouvel an :
« Dieu à double visage,

  • c'est de toi que part l'année pour s'écouler sans bruit;
  • toi qui, sans tourner la tête, vois ce que nul autre dieu ne peut voir,
  •  montre-toi propice aux chefs dont l'active sollicitude donne le repos à l'Océan et la sécurité à la terre, qui nous prodigue ses trésors;
  • montre-toi propice à tes sénateurs, au peuple romain,
  • et, d'un signe, serre les portes de ton candide sanctuaire. »
  • La dernière demande est à comprendre ainsi : « …et apporte nous la paix. » car les portes du temple de Janus étaient fermées en temps de paix et ouvertes en temps de guerre.

Janus est invoqué « non seulement au commencement de janvier, mais encore au premier jour de tous les mois, les calendes, dédiées à  la déesse Junon. Varron, dans le cinquième livre Des choses divines, dit qu'il y a douze autels dédiés à Janus, pour chacun des douze mois.»
Ovide ajoute qu’on offrait des étrennes accompagnées de vœux de bonne année le 1er janvier car ce jour plus que tous les autres jours était propice aux rituels et aux prières aux dieux. 
Ovide dit qu’un « présage est attaché au commencement de toute chose ; toute première parole est écoutée avec une attention craintive ; c'est l'oiseau aperçu le premier qui fait loi pour l'augure. Les temples viennent de s'ouvrir ; les dieux prêtent l'oreille ; aucune des prières que prononce la bouche des mortels n'est perdue, chaque syllabe en retentit aux cieux »


PRESAGES

Les romains distinguaient 7 classes parmi les présages : 
1° les paroles fortuites 
2° les tressaillements de quelques parties du corps, principalement du cœur, des yeux, des sourcils 
 3° les tintements d'oreille 
4° les éternuements du matin, du midi et du soir 
5° les chutes imprévues 
6° la rencontre de certaines personnes étranges, étrangères ou contrefaites, et aussi la rencontre de certains animaux 
7° les noms et prénoms. On peut y joindre l'observation de la lumière d'une lampe, l'usage puéril de compter les pétales de certaines fleurs, ou les pépins d'un fruit, etc...

On avait recours aux présages surtout au commencement d'une affaire importante, aux premières heures du jour, au premier jour d'un mois et principalement d'une année : de là l'usage des paroles de bon augure dans les rencontres, les salutations, les souhaits, et jusque dans le langage le plus ordinaire de la conversation.

Non seulement les Romains évitaient les paroles de mauvais augure, mais ils prenaient garde d'évoquer quelque malheur par certains gestes, certaines attitudes, certains regards. Les esprits crédules attribuaient à telle ou telle personne le pouvoir de fasciner, et de jeter un sort, le plus souvent mauvais. Mais il ne suffisait pas d'observer simplement les présages, il fallait les accepter, et remercier la divinité s'ils étaient favorables. Si, au contraire, ils étaient fâcheux, on priait les dieux d'en détourner les effets.

Nous entrons ici dans une autre dimension et nous pouvons comprendre aisément que derrière ces vœux se cachent de la peur, de la superstition voire de la sorcellerie.

Si vous voulez plus d’informations sur ce sujet, faites vous-mêmes des recherches

 

Dieu interdit à son peuple d’imiter les us et coutumes des nations :

Lévitique 18.1 
L'Eternel parla à Moïse, et dit : Parle aux enfants d'Israël, et tu leur diras : Je suis l'Eternel, votre Dieu. Vous ne ferez point ce qui se fait dans le pays d'Egypte où vous avez habité, et vous ne ferez point ce qui se fait dans le pays de Canaan où je vous mène : vous ne suivrez point leurs usages. Vous pratiquerez mes ordonnances, et vous observerez mes lois : vous les suivrez. Je suis l'Eternel, votre Dieu. Vous observerez mes lois et mes ordonnances : l'homme qui les mettra en pratique vivra par elles. Je suis l'Eternel.

Dieu leur avait donné son propre calendrier et ses propres fêtes : 


Exode 12:2
«Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois; il sera pour vous le premier des mois de l’année» 

Les véritables fils et les filles de Dieu savent que seul Jésus Christ est notre paix. C’est lui l’Alpha et l’Omega, le commencement et la fin de toutes choses. Il est le premier-né de toutes choses.

APO 22.13 
Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.

Il est le chemin, la vérité et la vie et c’est lui qui détient toutes les clés de la vie.

1 Jean 5.3
Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi. Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu?…

 


SOYEZ RICHEMENT BENIS ET FORTIFIES DANS LA FOI ET LA GRACE EN JESUS CHRIST

 

1 Corinthiens 13_12

Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu. Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi, l'espérance, la charité; mais la plus grande de ces choses, c'est la charité.

 

 

Publié dans ARTICLES DE D. P.

Commenter cet article