COMMENT L'EPOUSE DOIT SE PREPARER AU RETOUR DU SEIGNEUR par Henri Viaud-Murat

Publié le par DP

 

Maintenant, la deuxième chose que je voudrais souligner à propos de l'impudicité, c'est la pureté dans les relations sexuelles. J'insiste beaucoup là-dessus, parce que je sais que ce sont des pièges et des pierres d'achoppement. Je veux simplement rappeler quelques principes bibliques.

 

Dieu considère le mariage comme une institution sacrée, et il voudrait que l'homme et la femme s'unissent dans les liens du mariage pour la vie.

 

Un homme qui prend une femme pour épouse, et une femme qui prend un mari pour époux, doivent savoir que devant Dieu c'est pour la vie, et que seule la mort peut séparer ce lien du mariage.

 

C'est écrit dans Romains 7:2 et dans 1 Corinthiens 7:39.

 

Le mari et la femme sont liés tant qu'ils sont vivants.

Le Seigneur est attristé par une séparation ou un divorce, notamment quand l'un des conjoints n'est pas converti, qu'il veut se séparer, qu'il veut commettre l'adultère. Dans ce cas celui qui est fidèle est obligé d'accepter la séparation, cela ne dépend pas de lui. Mais je crois que le Seigneur ne lui permet pas de se remarier, même si ce n'est pas sa faute. J'en ai la ferme conviction. Mais que doivent faire ceux qui sont divorcés puis remariés, qui ne savaient pas auparavant que Dieu n'approuve jamais le remariage ? Voilà ce que je leur conseille, je leur dis :

 

Réalisez que vous avez commis un péché.

Confessez-le clairement à Dieu.

Et ensuite approchez-vous du Seigneur, et demandez-lui de vous éclairer sur ce qu'est réellement Sa volonté parfaite, non pas ce que vous pensez que Dieu pourrait bien accepter, mais quelle est Sa volonté parfaite.

 

Il y a quelques années, je disais :

 

- Si vous avez sur le cœur le désir de rester avec votre nouveau conjoint, demandez à Dieu si c'est vraiment Sa volonté.

Aujourd'hui, je ne dis plus cela, je ne dis plus la même chose. Aujourd'hui, je dis : Dieu vous permettra de faire ce que vous insistez à vouloir faire.

 

Si tu dis à Dieu : « Seigneur, je réalise que mon conjoint est divorcé et que je me suis mariée, que c'est une faute, pardonne-moi, alors tu es pardonnée »

 

Si tu demandes :

« Maintenant Seigneur, je veux la permission de rester avec lui, et j'insiste Seigneur, je veux la permission », et si l'autre conjoint aussi insiste beaucoup, le Seigneur peut permettre, parce que le Seigneur permet tout, même le péché.

 

Il ne va pas approuver.

Il permet mais n'approuve pas.

 

Mais si tu es tellement désireux dans ton cœur de garder ton conjoint divorcé, et que tu demandes à Dieu la permission de rester avec lui, tu ne vas pas avoir des oreilles bien ouvertes pour entendre quelle est Sa volonté parfaite, parce que toi tu as ta volonté (c'est ta volonté que tu cherches), et tu ne cherches pas à faire la volonté parfaite de Dieu.

 

Je me mets à la place de quelqu'un qui veut vivre vraiment dans la sainteté de Dieu. C'est sous la grâce que je vous parle, il ne s'agit pas d'imposer des lois. Je me mets à la place de quelqu'un :

 

« Voilà, moi je suis marié avec une femme, j'ai divorcé, parce qu'elle était infidèle, et puis je me suis remarié à une autre. Honnêtement, je pensais que c'était bon devant Dieu. »

 

C'est peut-être votre cas particulier, ce n'est pas le mien, moi je suis avec ma femme depuis quarante et un ans et c'est la même depuis quarante et un ans. Mais je prends un exemple : Je suis marié et je divorce. Je reprends une autre femme. Et maintenant je veux marcher dans la sainteté de Dieu. Si Dieu me montre que je suis toujours lié par un lien, jusqu'à la mort, à la femme dont j'ai divorcé, et que je suis là en train de coucher avec ma nouvelle femme, et que dans mon cœur Dieu me montre qu'il y a toujours un lien avec l'ancienne, est-ce que je vais avoir un cœur satisfait ? Est-ce que dans le fond de mon cœur je suis en train de faire la volonté parfaite de Dieu ? Est-ce que je vais pouvoir avoir une paix complète au fond de mon cœur, si je sais que je suis lié jusqu'à la mort à ma femme qui est vivante ? Vais-je même désirer demander la permission de rester avec la nouvelle, même si tout va bien avec elle ?

 

Je parle de choses sérieuses et importantes.

 

Alors je dirai simplement, tout dépend de l'état de ton cœur et si tu veux faire la volonté parfaite de ton Dieu.

 

Si tu veux faire la volonté parfaite de Dieu, Dieu te donnera la force d'accomplir sa volonté, et il bénira ta décision.

 

Si Dieu te montre que tu dois te séparer du conjoint divorcé qui est le tien maintenant, même s'il y a des enfants, le Seigneur bénira ta décision, et personne ne sera malheureux. J'ai cette conviction-là. Je vous la donne et je vous laisse mettre cela devant le Seigneur.

 

Parce que le Seigneur veut enlever une « Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable » (Ephésiens 5:27).

Je vous rappelle qu'il ne s'agit pas de perdition, il s'agit d'enlèvement. Je ne dis pas que ceux qui sont divorcés et remariés, qui restent avec leur conjoint divorcé vont perdre leur salut, ce n'est pas cela que j'ai dit. Mais je vous pose la question de l'enlèvement.

Peuvent-ils faire partie de l'Eglise pure, sans ride, ni tache, ni rien de semblable ?

Moi, j'ai ma réponse et j'ai ma conviction. Ma réponse est claire : ils ne peuvent pas ! Je n'impose rien à personne. Je vous donne ma conviction personnelle devant l'Eternel, devant qui j'aurai à rendre compte.

 

Il y a des situations tellement compliquées aujourd'hui, qu'il faut vraiment chercher le Seigneur et Sa volonté parfaite.

 

En tout cas, ce que je dis concernant la pureté des relations sexuelles c'est simple :

 

1 - aucune relation sexuelle en dehors du mariage
2 - quand on se marie c'est pour la vie.

 

C'est sérieux. Il ne faut pas entrer en concubinage en disant :

- « Bon, comme cela je ne suis pas marié et je n'aurai pas à rendre compte devant Dieu, et si je quitte ma concubine, je pourrai toujours me marier tranquillement après ! ».

 

Cela, c'est un raisonnement d'un cœur tordu ! Parce que le concubinage, c'est de l'impudicité.

 

Je ne veux juger, ni condamner personne mes bien-aimés. Je vous laisse un message à recevoir dans le cœur, et si vous l'estimez venant de Dieu, vous le prenez et vous le répandez. Mais ma conviction, elle est celle-là.

 

Quand Dieu est en train de préparer l'épouse de Jésus, il va mettre au clair tout ce qui touche aux relations sexuelles, aux relations dans le mariage, aux relations hors du mariage, il va falloir que cela soit réglé. Il va falloir que la pureté de Dieu s'introduise là-dedans. Et je vous garantis que si cet enseignement est donné dès le début de la conversion, s'il est donné aux jeunes dès le plus jeune âge, ils vont prendre des bonnes habitudes. Alors je lis la suite dans l'Apocalypse, au chapitre 2, et au verset 24 :

 

« A vous, à tous les autres de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine, et qui n'ont pas connu les profondeurs de Satan, comme ils les appellent, je vous dis : Je ne mets pas sur vous d'autre fardeau ».

 

Le fardeau de Jésus est léger. Le fardeau de Jésus, en fait c'est Lui qui le porte. Le fardeau de Jésus, c'est sa justice et sa sainteté. C'est cela qu'il met sur nos épaules.

 

«Seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu'à ce que je vienne».

Ce que nous avons, c'est ce que nous a donné le Seigneur : son pardon, sa justice, sa sainteté, sa perfection. Il a tout accompli pour nous donner ce cadeau-là.

Est-ce qu'on veut refuser ce cadeau pour prendre quelque chose de moins bon ?

Est-ce qu'on ne veut pas le meilleur qu'il veut nous donner ?

Est-ce que ce n'est pas le signe que nous aimons Dieu de tout notre cœur, quand nous voulons marcher dans la perfection et quand on se laisse travailler, pour qu'il nous conduise dans cette perfection ? C'est lui qui le fera.

 

Si je veux me perfectionner moi-même, jamais je ne vais y arriver. Mais si je laisse Dieu transformer mon cœur, pour que j'entre volontairement dans l'obéissance de cœur, c'est lui qui va faire ce travail en moi.

 

« A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu'à la fin mes œuvres ».

Ses œuvres sont parfaites, puisqu'il dit plus loin dans Apocalypse 3:2 à l'église de Sardes : Je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites.

 

Si je garde Ses œuvres parfaites, je vais chercher Sa volonté parfaite et rien d'autre.

« je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d'argile, ainsi que moi-même j'en ai reçu le pouvoir de mon Père ».

 

C'est Jésus qui va paître les nations, qui va diriger les nations avec un bâton de fer, quand il va revenir. Et les vainqueurs vont aussi diriger les nations avec une barre de fer.

Publié dans FIN DES TEMPS

Commenter cet article