LA DERNIERE GENERATION PROPHETIQUE PAR P. GHENASSIA (Ste et FIN)

Publié le par DP

 

 

 

Une remarque importante :

 

 

Chaque génération prophétique était responsable dans l’époque où elle vivait :

celle d’Abraham, de Moïse, de David.

 

 

De même celle de Yéshoua, la plus importante, sur laquelle nous devons nous arrêter longuement car elle a des conséquences jusqu’à notre époque.

 

 

La responsabilité de la génération qui a vu et entendu le Messie :

 

Jean 1 : 11 nous dit :

 

« Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont point reçu ».

 

Matthieu 12 : 38 à 42 nous informe que les scribes et les pharisiens ont dit à Yéshoua :

 

« Rabbi, nous voudrions te voir faire un miracle ». Il leur répondit : « Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui de Jonas. Car de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre. Les hommes de Ninive se lèveront au jour du jugement avec cette génération et la condamneront parce qu’ils se repentirent à la prédication de Jonas ; Et voici, il y a ici plus que Jonas

 

 

 

 

Les chefs religieux de cette époque sont responsables des malheurs qui ont accablés ensuite notre peuple parce qu’ils ont refusé leur Messie et Seigneur.

 

C’est pourquoi Yéshoua les a avertis en ces termes :

 

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes et ornez les sépulcres des justes et que vous dites : si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour répandre le sang des prophètes. Vous témoignez ainsi contre vous-mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont tué les prophètes. Comblez donc la mesure de vos pères. Serpents, race de vipères ! Comment échapperez-vous au châtiment de la Géhenne ? C’est pourquoi, je vous envoie des prophètes, des sages et des scribes. Vous tuerez et crucifierez les uns, vous battrez de verges les autres dans vos synagogues, et vous les persécuterez de ville en ville, afin que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang d’Abel le juste, jusqu’au sang de Zacharie, fils de Bérékia, que vous avez tué entre le temple et l’autel. Je vous le dis en vérité tout cela retombera sur cette génération » (Matthieu 23 : 29 à 36).

 

C’est alors que le Messie annonça la destruction du Temple de Jérusalem qui eu lieu plus tard en l’an 70 en ces termes :

 

« Yéroushalaïm, Yéroushalaïm qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés. Combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! Voici votre maison (le Temple) vous sera laissée déserte ; Car je vous le dis, nous ne me verrez plus désormais jusqu’à ce que vous disiez : béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »(Barouh haba béshem Adonaï) (Matthieu 23 : 37 à 39).

 

Dans une autre circonstance, Yéshoua pleurant sur Yéroushalaïm, prophétisa ce qui allait arriver :

 

« … Si toi aussi, au moins en ce jour qui t’est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux. Il viendra des jours où tes ennemis t’environneront de tranchées, t’enfermeront et te serreront de toutes parts. Ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le temps où tu as été visitée » (Luc 19 : 41 à 44).

 

Cette catastrophe nationale a eu exactement lieu en l’an 70 et Yéshoua pleurait en sachant quelle terrible souffrance et diaspora de son peuple à travers les nations, suivraient cette destruction du deuxième Temple ! Oui, la responsabilité du rejet du Messie Yéshoua a eu des conséquences sur les chefs d’Israël mais aussi, hélas, sur toute la génération ; c’est pourquoi, au moment de la crucifixion de Yéshoua et en marche vers le supplice de Golgotha, Luc 23 : 27 à 31 nous rapporte les faits suivants : 

 

« Yéshoua était suivi d’une grande multitude de gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine

et se lamentaient sur lui. Yéshoua se tourna vers elles et dit : Filles de Jérusalem ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants. Car voici les jours viendront où l’on dira : Heureuses les stériles, heureuses les entrailles qui n’ont point enfanté et les mamelles qui n’ont point allaité ! Alors ils se mettront à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! Et aux collines : Couvrez-nous ! Car si l’on fait ces choses au bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ? »

Depuis 20 siècles, notre peuple supporte les conséquences du mauvais enseignement de nos rabbins et

en effet, Israël est devenu un bois sec. La sève de l’Esprit Saint n’y est plus, remplacée, hélas, par les enseignements faussés du Talmud, du Zoar et de la Cabbale. Avec raison l’Eternel nous avait pourtant avertis des conséquences de ce déraillement d’une religion faussée, par le prophète Osée (Hosheya) :

 

« Mon peuple est détruit parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; Puisque tu as oublié la Torah (en hébreu ou selon Z Khan traduction « la doctrine ») de ton Elohim, j’oublierai aussi tes enfants. Plus ils se sont multipliés, plus ils ont péché contre moi » (Osée 4 : 6 à 7).

 

Une génération prophétique … la nôtre : toutes les prophéties de la Bible convergent vers un temps que la Bible appelle « La dernière génération », en hébreu Ledor aharone.

 

Nous sommes en 5759 selon le calendrier hébraïque, et 1999 selon celui des nations = deux mille ans se sont écoulés depuis la venue du Messie Yéshoua sur la terre d’Israël !

 

« Celui » qui est selon l’Ecriture « El Guibor » (Dieu Puissant),

 

« Avi-Ad » (Père Eternel) selon Isaïe 9:5,

 

« Celui » qui est « l’Ange de l’Eternel » (Maleah Adonaï) à travers toute la Bible

et aussi le « Messager de l’Alliance » (Maleah haberith) selon Malachie 3 : 1

 

« Celui » que la Bible appelle « le Saint d’Israël »

 

 

 

C’est, sans erreur possible, le Seigneur Dieu venu parmi les humains pour pardonner les péchés en faisant l’expiation (kaparah) par son sang à Golgotha. C’est aussi Lui qui est remonté à la droite de Dieu après sa résurrection et qui va bientôt revenir à Jérusalem installer son Royaume

 

Et, sous forme de parabole, c’est bien cela que Yéshoua voulait faire comprendre à ses auditeurs en leur disant :

 

« Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain pour se faire investir de l’autorité royale et revenir ensuite » (Luc 19 : 12).

 

318 passages de la Bible confirment que le Messie doit revenir et règnera sur le monde entier.

Le prophète Daniel a vu dans sa vision céleste …

 

« Quelqu’un de semblable à un fils de l’homme ; il s’avança vers l’Ancien des Jours et on le fit approcher de lui. On lui donna la domination, la gloire et le règne et tous les peuples, les nations et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point et son règne ne sera jamais détruit » (Daniel 7 : 13 à 17).

 

Ces passages sont confirmés et amplifiés dans Apocalypse (ou Révélation), chapitre 5 tout entier, que nous vous conseillons de lire attentivement.

Les premiers Messianiques de l’époque avaient le privilège de voir de leurs yeux et entendre de leurs oreilles ce que le Messie faisait et disait. C’est à eux que Yéshoua disait :

 

« Heureux sont vos yeux parce qu’ils voient et vos oreilles parce qu’elles entendent ! Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu » (Matthieu 13 : 16 à 17).

 

Nous n’avons pas encore le privilège de voir le Seigneur, mais notre génération a la possibilité de constater à notre époque l’accomplissement de multiples prophéties de la Bible, que les prophètes avaient écrites sous l’inspiration de l’Esprit Saint, mais qu’ils n’ont pas vues et qui se sont réalisées ou se réalisent sous nos yeux et dont nous sommes témoins :

 

- conservation miraculeuse du peuple d’Israël,

- résurrection de la terre d’Israël depuis 1948,

- la possession de Jérusalem depuis 1967,

- le jubilé ou 50 ans de la nation d’Israël en son pays et à notre époque, comme au temps des disciples, des « Juifs Messianiques » (Yéhoudim Meshihim) de plus en plus nombreux dans le monde entier et surtout en Israël lesquels croient en Yéshoua leur Messie, annoncent dans leurs Assemblées Messianiques, ouvertes à tous, la valeur du sang de Yéshoua pour le pardon des péchés, et la préparation à son retour à Jérusalem.

 

 

Nous sommes de ceux-là auxquels le Messie Yéshoua s’est révélé !

 

C’est aussi en cette génération que nous voyons les jugements divins sur le monde apostat, la contestation des nations contre Israël et Jérusalem qui devient une coupe d’étourdissement pour toutes les nations, une pierre pesante comme Zacharie 12 : 2 à 3 l’avait annoncé.

 

La responsabilité de notre génération est engagée comme celle des générations qui nous ont précédés dans l’Histoire Biblique. Nous avons vu et entendu comme au temps de Noé … comme Sodome et Gomorrhe.

 

Quel choix ferons-nous : avec le Messie pour préparer son retour, ou continuer à résister et marcher dans la rébellion diabolique d’un monde devenu fou ?

 

Nous sommes la dernière génération.

 

Yéshoua disait :

 

« Cette génération ne passera point que tout cela n’arrive » (Matthieu 24 : 34)

 

Et de plus en plus nous sentons et savons que celle-ci est la dernière … mais combien de temps durera-t-elle ?

 

Le Seigneur seul le sait !

 

Lisons ce psaume prophétique 102 : 13 à 23 et soulignons les passages d’actualité que voici :

 

« Mais toi, Eternel, tu règnes à perpétuité, et ta mémoire dure de générations en générations, tu te lèveras, tu auras pitié de Sion, car le temps d’avoir pitié d’elle, le temps fixé est à son terme. Car tes serviteurs en aiment les pierres, ils en chérissent la poussière. Alors les nations craindront le nom de l’Eternel, et tous les rois de la terre ta gloire. Oui l’Eternel rebâtira Sion. Il se montrera dans sa Gloire, il est attentif à la prière du misérable, il ne dédaigne pas sa prière. Que cela soit écrit pour « la dernière génération » (Ledor aharon) et que le peuple qui sera créé célèbre l’Eternel. Car il regarde du lieu élevé de sa sainteté ;

Du haut des cieux l’Eternel regarde sur la terre pour écouter les gémissements des captifs, pour délivrer ceux qui vont périr, afin qu’ils publient dans Sion le nom de l’Eternel et ses louanges dans Yéroushalaïm. Quand tous les peuples s’assembleront et tous les royaumes, pour servir l’Eternel ».

 

Quel programme et que de commentaires ces passages soulignés peuvent suggérer !

 

D’autres passages prophétiques parlent d’un « peuple nouveau né » (nouvelle naissance dans le Messie). Voici les plus caractéristiques.

 

Déjà au Psaume 22, prophétique et messianique ou on peut lire :

 

« Je publierai ton nom parmi mes frères, je te célèbrerai au milieu de l’Assemblée (verset 23) … Tu seras dans la Grande Assemblée l’objet de mes louanges, j’accomplirai mes vœux en présence de ceux qui te craignent (verset 26) …

 

On parlera du Seigneur à la dernière génération (Ledor aharone) quand elle viendra et annoncera sa justice, elle annoncera son œuvre au peuple nouveau-né » (versets 31 à 32).

 

Ou encore au Psaume 48 : 13 à 14 :

 

« Parcourez Sion, parcourez-en l’enceinte (il s’agit de Jérusalem). Comptez ses tours, observez son rempart, examinez ses palais, pour le raconter à la « dernière génération » (Ledor aharone) et aussi Psaume 78 : 3 à 6 :

 

« Ce que nous avons entendu, ce que nous savons, ce que nos pères nous ont raconté, nous ne le cacherons point à leurs enfants. Nous dirons à la « dernière génération » (Ledor aharone) les louanges de l’Eternel, et sa puissance et les prodiges qu’il a opérés. Il a établi un témoignage en Jacob, il a mis la Torah en Israël et il a ordonné à nos pères de l’enseigner à leurs enfants pour qu’elle fut connue de la « dernière génération », des enfants qui naîtraient et que devenus grands, ils en parlassent à leurs enfants, afin qu’ils missent en Elohim leur confiance ».

 

En Isaïe 66 : 18 à 19, l’Eternel a exprimé son intention et son but dans cette dernière génération actuelle :

 

« Je connais leurs œuvres et leurs pensées, le temps est venu de rassembler toutes les nations et toutes les langues. Elles viendront et verront ma gloire ; Je mettrai un signe (en hébreu : ot : miracle, prodige) parmi elles et j’enverrai leurs réchappés vers les nations ».

C’est le temps où le Messie et Seigneur va rassembler les nations en agissant avec ceux dont Paul disait aux Romains :

 

« Un reste d’Israël selon l’élection de la Grâce » (Romains 11 : 5)

 

c’est à dire, les Juifs Messianiques puisque déjà Isaïe avait annoncé cela :

 

« J’espère en l’Eternel qui cache sa face à la maison de Jacob. Je place en lui ma confiance. Voici moi et les enfants que l’Eternel m’a donnés, nous sommes des signes (ot) et des présages (signes d’avertissement) en Israël, de la part de l’Eternel des Armées qui habite sur la montagne de Sion » (Isaïe 8 : 17 à 18).

 

Conclusion

 

 

Amis lecteurs, n’oubliez pas que nous sommes en 5759 depuis Adam et 1999 selon le calendrier des nations. Le Messie Yéshoua a donné en Matthieu 24 bien des avertissements et il a donné un signe précis :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier (symboliquement Israël dans la Bible). Dès que ses branches deviennent tendres et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche. De même quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte ».

 

Le figuier Israël a déjà dépassé les branches et feuilles, il y a déjà des multitudes de figues …: les Juifs Messianiques, très nombreux, dans le monde entier. Shimon Pierre, ce Juif Messianique, Shalyah ou Apôtre, disait à ses auditeurs :

 

 

 

 

« Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude qu’Elohim a fait Seigneur et Messie ce Yéshoua qui a été crucifié … Après avoir entendu cela, ils eurent le cœur vivement touché et ils dirent à Shimon Pierre et aux autres shlyhim (apôtres) : "hommes frères, que ferons-nous ?" » (Actes 2 : 36 à 37).

 

 

- C’est là, la question à nous poser personnellement !

 

Que ferons-nous devant cette responsabilité qui est la nôtre en cette génération ? Se repentir et être sauvé en acceptant notre Messie … ou le rejeter et perdre tout ce qu’il a voulu faire pour nous ?

 

  

Simon Pierre leur a donné la solution :

 

« Sauvez-vous de cette génération perverse.» (sous-entendu : corrompue) (Actes 2 : 40).

 

 

Amis lecteurs, ouvrez votre Bible, vérifiez sans vous laisser tromper par le Judaïsme faussé des rabbins et acceptez celui qui ne s’est jamais trompé, le Mashiah, l’Envoyé de Dieu et le Sauveur d’Israël et du monde.

 

 

Publié dans ARTICLES

Commenter cet article