Exclusivité – Mise au placard en terre socialiste

Publié le par Daniella

par 

Mise au « placard » pour avoir offert à ses collègues de travail un petit calendrier sous-titré par un verset biblique !

Les faits : En décembre 2011 puis 2012, notre chère amie offre à ses collègues un petit calendrier imprimé par son église. Il est sous-titré par un petit verset biblique, présentant en bas de page le lieu et les horaires du culte ainsi que les numéros de téléphone de l’association familiale protestante, proposant des actions de solidarité en direction des familles.

Les collègues (agents municipaux) sont ravi(e)s et la remercie chaleureusement. Ces petits présents de bonne année sont emportés au domicile de chacun. Aucun d’entre eux ne sera d’ailleurs jamais affiché dans les services.

Il faut souligner que notre amie est très appréciée dans son service. Elle encadre 75 agents d’entretien et sait prendre du temps avec eux, les écouter, sans jamais faire de prosélytisme.

En ce début de mois de juillet, appelée en grande urgence auprès de son papa qui devait subir une opération du coeur, notre amie, est alertée par une collègue de travail affolée.

Celle-ci lui annonce le « remue-ménage » à la mairie (ndlr : mairie socialiste…) : regroupement des agents pour questionnement de chacun par sa hiérarchie, à son sujet, enquête sur d’éventuels actes de prosélytisme.

Abasourdie par ces informations et ne comprenant absolument pas ce qui se passe, elle rappelle la responsable des ressources humaines.

Alors elle apprend qu’un agent désappointé par son non-renouvellement de contrat par la hiérarchie, a adressé une lettre au maire pour remettre en cause la neutralité et le respect de la laïcité dans la commune, en expliquant qu’un cadre avait, sans représailles, distribué des calendriers à caractère religieux, en 2011 et 2012.

Notre amie est rassurée par la teneur de ses propos, certaine que ce courrier ne peut avoir de conséquences.

Elle sait bien que c’est à titre privé que les calendriers ont été remis et à des personnes qui l’ont accepté avec grande joie !

D’autre part, la plainte émane d’une personne qui impute sa fin de contrat au cadre dont elle dépend et cherche à se venger. Triste attitude d’autant qu’elle ne cible pas les décideurs pour autant… «Assurément le maire et la directrice générale sauront tenir compte de tout ce contexte !»

Une sanction démesurée.

De retour du chevet de son papa, reprenant son poste le lundi matin, elle reçoit en main propre un courrier qui lui précise qu’elle est relevée de toute responsabilité et n’a plus le droit de communiquer avec aucun de ses agents.

Elle est convoquée alors pour le vendredi devant la personne qui doit lui expliquer le contenu de la faute grave retenue et la sanction demandée.

Il y a eu différents échanges entre la hiérarchie et notre amie, mais c’est un véritable dialogue de sourds.

Comment ne pas dénoncer une forme de christianophobie, une conception de la laïcité «fer de lance» pour attaquer et humilier le chrétien ?

Où se situe la sphère relevant de la fonction publique et celle accordée à chaque personnel de la fonction publique, dans une relation amicale avec ses collègues ?

À la pause café, sur les parkings, en dehors des réunions de travail et des ordres de mission, oui il y a échanges, y compris sur ses propres engagements associatifs, sur ce qui peut réconforter ou encourager.

Il n’y a pas là de prosélytisme ni volonté d’endoctrinement.

Qu’est-ce donc ce devoir de neutralité au nom de la laïcité qui sanctionne sans appel le fait d’avoir fait un petit présent qui, «oh scandale» (je cite la DG) la «choque profondément à cause de la citation biblique».

Cependant, il est étrange de savoir que, dans cette même mairie, les invitations au bal du « parti socialiste » ont été distribuées dans les casiers des cadres. Là, pas de devoir de neutralité ? Et l’encouragement à être bienveillant pour le prêt de salles municipales pour la prière journalière lors du ramadan ne pose aucun problème de respect de la laïcité pour ce même maire !…

En quelques minutes tout a basculé.

A deux ans et demis de la retraite, notre amie est au « placard » comme on dit. Il y a ceux qui offrent des calendriers des rugbymans dénudés, il y a ceux qui offrent la bouteille de whisky, ceux qui offrent la boîte de chocolat, ceux qui offrent le petit calendrier qui représente ce qu’ils aiment pour remercier des collègues bienveillantes ! Et là, pas de soucis … mais si il y a une mention au christianisme, c’est un outrage.

Quels sont les prochains chrétiens qui vont subir des sanctions totalement disproportionnées et injustes ?

Il est important aujourd’hui de savoir que la liberté d’apparaître aux yeux de l’autre tel que l’on est, y compris porteur d’une foi chrétienne, devient un véritable délit.

Il y a escalade vers une privation de liberté de religion et les chrétiens en sont la première cible. Ils ont l’habitude de se faire petit, ils sont pacifiques, et veulent pardonner… Alors on peut facilement les humilier, les mépriser, les sanctionner, ils ne feront pas de bruit, ils se tairont.

Pas de crainte à avoir alors, pas de risque d’embrasement !

Si quelques-uns de ses qualificatifs sont pleinement attachés à l’expression de la foi chrétienne, cependant, nous avons devoir d’avertir, devoir aussi de défendre l’opprimé. Et notre amie est opprimée, sanctionnée injustement et c’est notre devoir de la défendre.

Nous avons le devoir d’informer, de dénoncer car vous et moi, demain, pourront être aussi attaqués de la même façon.

30 juillet 2013

Publié dans PERSECUTIONS

Commenter cet article