IL EN SERA COMME DU TEMPS DE NOÉ ET DE LOT. ARTICLE DE HENRI VIAUD-MURAT 22 février 2009

Publié le par DP

Reproduction autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que la source soit indiquée.

 


archeIl est intéressant de voir dans la Bible quel était l’état spirituel et moral des populations qui vivaient juste avant les déluges d’eau et de feu qui les ont détruites.

 

C’est là que nous pouvons avoir la confirmation la plus claire que l’enlèvement de l’Église est très proche !

 

 

Le Seigneur Jésus a dit :

 

« Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme » (Mat. 24 : 37).

 

L’avènement du Fils de l’Homme est une expression qui désigne le retour de Jésus. Nous savons que ce retour doit commencer par l’enlèvement de l’Église fidèle, puis le Seigneur doit redescendre peu après pour régner pendant mille ans sur cette terre avec Son Église, à la fin de la Grande Tribulation.

 

L’époque qui précède l’enlèvement de l’Église et le retour du Seigneur sur la terre doit donc être caractérisée par les mêmes signes qui ont caractérisé l’époque de Noé et celle de Lot.

 

Nous allons par conséquent étudier quelles étaient les caractéristiques de l’époque de Noé et de celle de Lot. Noé et Lot ont assisté à deux cataclysmes de grande ampleur, qui ont complètement détruit les populations qui vivaient à leur époque, à part les quelques rares survivants qui avaient été mis à l’abri par le Seigneur.

 

Dans le cas de Noé, ce fut un déluge d’eau qui couvrit toute la terre.

Dans le cas de Lot, ce fut un déluge de feu qui détruisit les villes de Sodome et de Gomorrhe.

 

Nous étudierons aussi deux autres destructions de grande ampleur : la destruction des peuples du pays de Canaan par les Hébreux, dirigés par Josué, ainsi que la destruction de Jérusalem et du Temple, par les armées de Nebucadnetsar, Roi de Babylone. 

A chaque fois, nous pouvons voir que ces destructions massives ont été ordonnées par Dieu Lui-même.

 

L’iniquité pratiquée par les populations qui vivaient à ces époques était tellement grande que la patience du Seigneur a fini par atteindre son terme.

 

Ses nombreux avertissements n’avaient pas été pris au sérieux, et les jugements annoncés de longue date ont fini par s’abattre.

 

Il en sera exactement de même lors de l’avènement de Jésus-Christ. Les jugements de l’Apocalypse s’abattront sur un monde qui sera plongé dans des abîmes d’iniquité, et qui aura refusé de tenir compte des nombreux avertissements donnés par le Seigneur et par Ses envoyés.

 

Quand nous étudions ce que pratiquaient les peuples qui ont été détruits par ces jugements, nous pouvons aisément reconnaître tout ce qui se pratique autour de nous à notre propre époque. Nous ne sommes donc pas loin des jugements de la fin des temps. L’appel qui retentit aujourd’hui est toujours le même appel à la repentance et à la foi en Jésus-Christ. Seul le Seigneur Jésus peut nous faire échapper aux terribles jugements qui s’approchent. Le Saint-Esprit est toujours présent sur la terre pour nous convaincre de péché, de justice et de jugement ! Il est encore temps d’écouter Sa voix, hors de l’Église et dans l’Église !

 

Que se passait-il à l’époque de Noé ?

 

« Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants : ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité. L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. L’Eternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur. Et l’Eternel dit : J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel ; car je me repens de les avoir faits. Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Eternel » (Genèse 6 : 1-8).

 

Ces « fils de Dieu » dont il est parlé ici sont des créatures célestes, des anges déchus. Ils descendirent sur terre sous une forme humaine, et s’unirent avec les filles des hommes, pour engendrer des géants qui furent fameux dans l’antiquité, mais qui étaient des monstres mi-hommes mi-démons, fruits contre nature de la honteuse convoitise de ces êtres déchus.

 

Selon la parole même de Jésus, il en est donc exactement de même aujourd’hui. De plus en plus d’esprits et de démons viennent s’unir avec des êtres humains et accomplir toutes sortes d’abominations, que l’Eternel ne peut plus supporter. Son cœur infiniment pur est profondément affligé de voir que l’iniquité grandit à nouveau, comme à toutes les époques où Il a dû intervenir par de terribles jugements. Les leçons du passé n’ont pas été apprises. Non seulement cela, mais l’iniquité de la fin des temps doit dépasser tout ce qui a pu être constaté aux cours des époques précédentes, depuis que l’homme existe !

 

Voici comment est décrite l’humanité qui vivait à l’époque de Noé :

 

« L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. »

 

On voyait donc se développer librement toutes les œuvres abominables de la chair, dont Paul nous a fait une courte description dans l’épître aux Galates :

 

« Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu » (Galates 5 : 19-21).

 

Les œuvres de la chair sont aussi les œuvres du diable ! Tout ce qui est d’en bas, tout ce qui ne vient pas d’En Haut, est terrestre, charnel, diabolique !

 

« Mais si vous avez dans votre cœur un zèle amer et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité. Cette sagesse n’est point celle qui vient d’en haut ; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique. Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions. La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie » (Jacques 3 : 14-17).

 

Jacques nous parle d’un zèle amer et d’un esprit de dispute. Cela caractérise l’esprit de violence qui a toujours animé les populations qui ont fini par être atteintes par les jugements de Dieu. C’était le cas à l’époque de Noé.

 

« La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. Alors Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre » (Genèse 6 : 11-13).

 

L’une des caractéristiques de cette époque était que la terre entière était remplie de violence. Mais la violence de cette époque n’a pas atteint l’ampleur de la violence qui remplit la terre entière en cette fin des temps !

 

Aujourd’hui, la violence est universelle. Ce ne sont que meurtres, assassinats, tortures, viols, règlements de compte, guerres et destructions. La vie humaine ne vaut plus rien. Dès leur plus tendre enfance, les hommes sont confrontés à une marée de violences ininterrompues, qui s’étalent sans cesse à la télévision et dans tous les médias.

Cette violence est tellement omniprésente que la plupart des consciences en sont comme anesthésiées, et que les gens finissent par ne plus s’en étonner.

  

Une autre caractéristique de l’époque de Noé était l’incrédulité concernant Dieu et Sa Parole. Noé était un prédicateur de la justice et un prophète. Pendant cent vingt ans, pendant toute la durée de la construction de l’arche, il a annoncé le déluge à venir et appelé à la repentance. Mais il ne s’est attiré que les moqueries de ses contemporains incrédules.

 

« Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit, dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire, huit, furent sauvées à travers l’eau » (1 Pierre 3 : 18-20).

 

Le Seigneur Jésus n’est pas allé prêcher le salut aux esprits de ces incrédules. Mais Il est allé leur annoncer Sa victoire et leur confirmer leur condamnation.

 

La patience de Dieu s’est prolongée pendant les cent vingt ans de la construction de l’arche. Pendant toute cette longue période, tous les habitants de la terre ont pu voir ce qui se préparait, et entendre le prophète les appeler à la repentance et annoncer le déluge. Mais leur impiété et leur incrédulité ne leur ont pas permis de recevoir la grâce que le Seigneur leur offrait.

 

Il en est exactement de même aujourd’hui. Dieu S’est réservé, dans le monde entier, un petit reste fidèle, qui reste le sel de la terre et la lumière du monde, qui aime la sainteté de Son Dieu, qui prêche la repentance et qui annonce les grands jugements à venir. Mais la majorité de la population du monde, et la majorité de l’Église visible, restent dans l’incrédulité. Notre époque de la fin des temps est caractérisée par une impiété sans précédent.

 

« Car, si Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais s’il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement ; s’il n’a pas épargné l’ancien monde, mais s’il a sauvé Noé, lui huitième, ce prédicateur de la justice, lorsqu’il fit venir le déluge sur un monde d’impies… » (2 Pierre 2 : 4-5).

 

Dieu n’épargnera donc pas non plus les impies de notre monde actuel qui refusent de se repentir, et qui se moquent de ceux qui les appellent à la repentance.

Le Seigneur Jésus confirme Lui-même que la fin des temps serait caractérisée par l’impiété et l’iniquité du plus grand nombre.

 

« Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 : 12-14).

 

Même si l’Évangile est prêché dans la terre entière, la fin viendra au moment où l’iniquité se sera accrue et aura atteint son comble. A cause de cela, l’amour du plus grand nombre se refroidira. Nous voyons donc que la prédication massive de l’Évangile, en cette fin des temps, ne sera pas accompagnée de la repentance et de la conversion du plus grand nombre, contrairement à ce qu’annoncent les faux prophètes de la fin.

 

Au point que le Seigneur Jésus Se demandait même s’Il allait trouver la foi sur la terre à Son retour :

 

« “Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18 : 8)

 

Toutefois, le juste Noé avait été divinement averti de ce qui allait arriver.

  

« C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi » (Hébreux 11 : 7).

 

Noé, seul juste de son temps, a pu sauver sa famille par sa foi sans compromis. C’est par sa foi qu’il a aussi condamné un monde incrédule. De même, aujourd’hui, le petit reste fidèle sera caractérisé par une foi sans compromis, qui lui permettra d’entrer dans l’arche spirituelle avant le « “déluge »” de l’Apocalypse, condamnant par là un monde incrédule et rebelle.

 

Hébreux 4 nous révèle qu’il est encore réservé un repos de la foi pour ceux qui sont fidèles :

“Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent. Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit : Je jurai dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses œuvres eussent été achevées depuis la création du monde. Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour. Et ici encore : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Or, puisqu’il est encore réservé à quelques-uns d’y entrer, et que ceux à qui d’abord la promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance, Dieu fixe de nouveau un jour, aujourd’hui, en disant dans David si longtemps après, comme il est dit plus haut : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos cœurs” (Hébreux 4 : 1-7).

 

Spirituellement parlant, « entrer dans l’arche » signifie « entrer dans le repos de la foi. »

 

Ce n’est pas d’abord l’arche qui a sauvé Noé et sa famille, c’est la foi de Noé ! C’est sa foi qui l’a poussé à l’obéissance. En hébreu, « Noé » signifie « repos » ! Les habitants de la terre, à l’époque de Noé, n’ont pas pu entrer dans l’arche à cause de leur incrédulité et de leur désobéissance. Cette désobéissance était causée par leur incrédulité. Il en sera exactement de même en cette fin des temps ! La parole de Noé ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent. Aujourd’hui, la parole des justes ne trouve pas de la foi chez la plupart de ceux qui l’entendent. Mais tous ceux qui l’entendent entrent dans le repos de Dieu ! N’endurcissons jamais notre cœur !

 

Que se passait-il à l’époque de Lot ?

 

Lot, neveu d’Abraham, avait suivi son oncle dans son « exode » au pays de Canaan. Mais, comme ses troupeaux et les troupeaux d’Abraham étaient trop nombreux, il a fallu qu’ils se séparent. Abraham laissa son neveu choisir où il désirait aller. Lot porta ses regards vers la fertile vallée du Jourdain et décida d’aller s’y établir, tandis qu’Abraham préféra “rester sur la montagne.” Ces deux décisions sont symboliques. Abraham préféra demeurer dans la présence de Dieu, tandis que Lot choisit d’aller s’installer “dans la vallée,” au milieu des populations impies du pays de Canaan. Peu à peu, il s’approcha des villes de Sodome et Gomorrhe, et finit par s’établir à Sodome. Il se maria à une Sodomite, et occupa même des fonctions importantes dans la ville, puisqu’il pouvait “siéger à la porte » (Genèse 19 : 1).

 

L’iniquité des gens de Sodome et de Gomorrhe était devenue tellement grande, que le Seigneur, là encore, finit par décider de les détruire de fond en comble. Mais il ne pouvait le faire tant que le juste Lot y demeurait. Abraham avait intercédé pour les villes coupables, et avait obtenu de Dieu la promesse qu’Il ne les détruirait pas, s’Il y trouvait dix justes. En réalité, Dieu avait décidé de ne pas les détruire, tant qu’il y trouverait un seul juste, comme c’était le cas pour Lot. Dieu envoya donc deux anges pour décider Lot de partir, lui et toute sa famille.

 

Nous voyons encore le désir de Dieu de nous sauver, nous et toute notre famille. Cependant, il y avait une grande différence entre le juste Noé et le juste Lot. Lot était juste, mais il avait accepté le compromis de venir s’établir au milieu des impies, et de s’unir à eux.

 

A cause de cela, une bonne partie de sa famille, sinon toute sa famille, ne connaissait pas le Seigneur. Ses fils, ses gendres et ses filles mariées refusèrent de l’écouter, et Lot ne put quitter Sodome qu’avec sa femme et ses deux filles qui n’avaient pas connu encore d’homme.

 

« Les hommes (anges) dirent à Lot : Qui as-tu encore ici ? Gendres, fils et filles, et tout ce qui t’appartient dans la ville, fais-les sortir de ce lieu. Car nous allons détruire ce lieu, parce que le cri contre ses habitants est grand devant l’Eternel. L’Eternel nous a envoyés pour le détruire. Lot sortit, et parla à ses gendres qui avaient pris ses filles : Levez-vous, dit-il, sortez de ce lieu ; car l’Eternel va détruire la ville. Mais, aux yeux de ses gendres, il parut plaisanter. Dès l’aube du jour, les anges insistèrent auprès de Lot, en disant : Lève-toi, prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, de peur que tu ne périsses dans la ruine de la ville. Et comme il tardait, les hommes le saisirent par la main, lui, sa femme et ses deux filles, car l’Eternel voulait l’épargner ; ils l’emmenèrent, et le laissèrent hors de la ville » (Genèse 19 : 12-16).

 

C’est presque de force que les anges entraînent hors de la ville Lot et ceux de sa famille qui se sont laissés convaincre. Mais tout le reste de sa famille a péri dans le jugement qui a suivi.

On peut en tirer un enseignement pour nous aussi, en cette fin des temps. Si nous restons entièrement fidèles comme Noé, nous pourrons sauver toute notre famille. Mais si nous faisons des compromis avec le monde, comme Lot, nous ne pourrons sauver qu’une partie de notre famille. Et encore, nous savons ce qui est arrivé par la suite à la femme de Lot, dont le cœur était partagé, et aux filles de Lot, qui avaient gardé dans leur cœur l’iniquité de leur cité d’origine, où l’homosexualité et l’inceste étaient monnaie courante.

 

Comment vivaient les populations de Sodome et de Gomorrhe ?

 

« Et l’Eternel dit : Le cri contre Sodome et Gomorrhe s’est accru, et leur péché est énorme » (Genèse 18 : 20).

 

« Mais Lot les pressa tellement (les anges) qu’ils vinrent chez lui et entrèrent dans sa maison. Il leur donna un festin, et fit cuire des pains sans levain. Et ils mangèrent. Ils n’étaient pas encore couchés que les gens de la ville, les gens de Sodome, entourèrent la maison, depuis les enfants jusqu’aux vieillards ; toute la population était accourue. Ils appelèrent Lot, et lui dirent : Où sont les hommes qui sont entrés chez toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous, pour que nous les connaissions » (Genèse 18 : 3-5).

 

«Et, pressant Lot avec violence, ils s’avancèrent pour briser la porte » (Genèse 19 : 9).

 

Les gens de Sodome étaient des pervers et des violents. La ville tout entière s’adonnait aux perversions sexuelles, depuis les enfants jusqu’aux vieillards. Imaginez que toute cette population voulait avoir des relations sexuelles en pleine rue avec deux étrangers hébergés chez Lot !

 

Pour que des enfants participent à cette perversion, il fallait sans doute qu’ils soient très tôt initiés à ces pratiques iniques.

 

Dans les familles et les écoles de l’époque, les enfants devaient être confrontés ouvertement à une culture de perversions abominables, et introduits très tôt dans ces pratiques. Les gens de Sodome pratiquaient ouvertement l’homosexualité en public, sans aucune pudeur ni retenue, et dès leur plus jeune âge.

 

Il y a quelques dizaines d’années, les homosexuels se cachaient honteusement. Aujourd’hui, les Love Parades envahissent ouvertement toutes les grandes villes, et jusqu’à la Ville du Grand Dieu, Jérusalem ! Et le monde considère cela comme un progrès !

 

Les gens de Sodome étaient aussi violents et impitoyables. Ils n’auraient pas hésité à détruire et à piller la maison de Lot, si les deux anges ne les avaient pas aveuglés. Ils étaient aussi racistes, et méprisaient cet « étranger’ de Lot qui était venu s’installer au milieu d’eux. 

 

Voici encore ce que le Seigneur Jésus a dit, à propos des gens de Sodome :

 

« Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra » (Luc 17 : 28-30).

 

Au milieu de toutes leurs perversités, les gens de Lot vivaient tranquillement, sans se préoccuper de la gravité de leur situation spirituelle. Ils mangeaient, buvaient, faisaient du commerce, de l’agriculture et de l’industrie, complètement inconscients de ce qui les attendait, endurcis dans leur cœur et leurs pensées. Ils étaient tels que ceux que décrivait l’apôtre Paul :

« Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité » (Eph. 4 : 18-19).

 

« Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. C’est pourquoi Dieu les a livrés à l’impureté, selon les convoitises de leurs cœurs ; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ; eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen ! C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, étant remplis de toute espèce d’injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice ; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité ; rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d’intelligence, de loyauté, d’affection naturelle, de miséricorde. Et, bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font » (Romains 1 : 21-32).

 

Telle était la situation des gens de Sodome. Elle était tout à fait semblable à la situation des gens qui vivaient du temps de Noé. Elle est aussi tout à fait semblable à la situation qui prévaut en cette fin des temps que nous vivons. Le monde qui nous entoure est plongé dans exactement les mêmes iniquités. C’est d’ailleurs à la fin des temps que l’iniquité de l’humanité atteindra son comble, finissant par attirer les jugements finaux de l’Apocalypse. Les choses ne vont donc pas s’arranger !

 

Tous les peuples que Dieu a jugés et détruits dans l’Antiquité avaient tous atteint le même état d’iniquité et de rébellion. Et, à chaque fois, le processus a été le même. Dieu a patiemment attendu que ces peuples se repentent. Il leur a envoyé des prophètes. Mais, quand l’iniquité a atteint son comble, et que le Seigneur a vu qu’il n’y avait plus rien à faire, les jugements et la destruction sont arrivés, brutalement et sans appel. Pensez-vous qu’il en sera différemment à notre époque ?

 

Nous pouvons encore citer deux autres exemples bibliques, qui illustrent le même processus : l’exemple des peuples de Canaan, et celui du peuple de Juda.

 

Pourquoi les peuples de Canaan ont-ils été détruits ?

 

Voici ce que le Seigneur déclare à propos de ces peuples :

 

« Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là. Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel ; et c’est à cause de ces abominations que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. Tu seras entièrement à l’Eternel, ton Dieu. Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins ; mais à toi, l’Eternel, ton Dieu, ne le permet pas » (Deut. 18 : 9-14).

 

Les peuples de Canaan pratiquaient toutes sortes d’abominations : sacrifices humains, occultisme, magie, divination, idolâtrie, consultations des esprits et des morts, et perversions sexuelles de toutes sortes. Et c’est à cause de tout cela qu’ils ont fini par être détruits, hommes, femmes, enfants, nourrissons et vieillards.

 

Nous retrouvons aujourd’hui exactement les mêmes pratiques, à une plus grande échelle encore. Dans nos sociétés occidentales, les sacrifices humains ne sont plus pratiqués sous la forme antique, où l’on faisait passer ses fils et ses filles dans le feu, en honneur des idoles. Toutefois, notre époque est celle qui a pratiqué les massacres d’enfants à la plus grande échelle, sous la forme de ce que l’on appelle délicatement les « interruptions volontaires de grossesses ».

 

Devant Dieu, ces actes consistent à détruire et à massacrer, dans les conditions les plus horribles, des embryons ou des fœtus en gestation. Les centaines de millions d’avortements pratiqués dans le monde depuis quelques décennies constituent le plus grand massacre jamais pratiqué sur des êtres humains vivants, depuis que le monde existe. Le cœur de Dieu est profondément affligé devant cette hécatombe d’innocents, même si, dans Son Ciel de gloire, Il prend un soin infini de tous ces petits êtres qui sont montés vers Lui prématurément.

 

Pourquoi le peuple de Juda a-t-il été détruit ?

 

C’est aussi l’impiété et l’iniquité qui a entraîné la destruction finale du propre peuple du Seigneur, du peuple d’Israël en premier lieu, puis du peuple de Juda. Là encore, les raisons de cette destruction sont strictement les mêmes.

 

« Manassé avait douze ans lorsqu’il devint roi, et il régna cinquante-cinq ans à Jérusalem. Sa mère s’appelait Hephtsiba. Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, selon les abominations des nations que l’Eternel avait chassées devant les enfants d’Israël. Il rebâtit les hauts lieux qu’Ezéchias, son père, avait détruits, il éleva des autels à Baal, il fit une idole d’Astarté, comme avait fait Achab, roi d’Israël, et il se prosterna devant toute l’armée des cieux et la servit. Il bâtit des autels dans la maison de l’Eternel, quoique l’Eternel eût dit : C’est dans Jérusalem que je placerai mon nom. Il bâtit des autels à toute l’armée des cieux dans les deux parvis de la maison de l’Eternel. Il fit passer son fils par le feu ; il observait les nuages et les serpents pour en tirer des pronostics, et il établit des gens qui évoquaient les esprits et qui prédisaient l’avenir. Il fit de plus en plus ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, afin de l’irriter. Il mit l’idole d’Astarté, qu’il avait faite, dans la maison de laquelle l’Eternel avait dit à David et à Salomon, son fils : C’est dans cette maison, et c’est dans Jérusalem, que j’ai choisie parmi toutes les tribus d’Israël, que je veux à toujours placer mon nom. Je ne ferai plus errer le pied d’Israël hors du pays que j’ai donné à ses pères, pourvu seulement qu’ils aient soin de mettre en pratique tout ce que je leur ai commandé et toute la loi que leur a prescrite mon serviteur Moïse. Mais ils n’obéirent point ; et Manassé fut cause qu’ils s’égarèrent et firent le mal plus que les nations que l’Eternel avait détruites devant les enfants d’Israël. Alors l’Eternel parla en ces termes par ses serviteurs les prophètes : Parce que Manassé, roi de Juda, a commis ces abominations, parce qu’il a fait pis que tout ce qu’avaient fait avant lui les Amoréens, et parce qu’il a aussi fait pécher Juda par ses idoles, voici ce que dit l’Eternel, le Dieu d’Israël : Je vais faire venir sur Jérusalem et sur Juda des malheurs qui étourdiront les oreilles de quiconque en entendra parler. J’étendrai sur Jérusalem le cordeau de Samarie et le niveau de la maison d’Achab ; et je nettoierai Jérusalem comme un plat qu’on nettoie, et qu’on renverse sens dessus dessous après l’avoir nettoyé. J’abandonnerai le reste de mon héritage, et je les livrerai entre les mains de leurs ennemis ; et ils deviendront le butin et la proie de tous leurs ennemis, parce qu’ils ont fait ce qui est mal à mes yeux et qu’ils m’ont irrité depuis le jour où leurs pères sont sortis d’Égypte jusqu’à ce jour. Manassé répandit aussi beaucoup de sang innocent, jusqu’à en remplir Jérusalem d’un bout à l’autre, outre les péchés qu’il commit et qu’il fit commettre à Juda en faisant ce qui est mal aux yeux de l’Eternel” (2 Rois 21 : 1-16).

 

Manassé a régné cinquante-cinq ans, ce qui lui a laissé amplement le temps de commettre toutes ses abominations, selon les abominations des peuples de Canaan, que Dieu avait détruits devant les enfants d’Israël. Nous avons déjà vu que les réformes religieuses du Roi Josias, petit-fils de Manassé, ne suffirent pas à détourner la colère de l’Eternel, qui avait décidé de détruire Jérusalem et Son Temple. Même la repentance finale de Manassé n’a pas suffi à écarter les jugements divins.

 

Nous trouvons donc toujours le même modèle :


les peuples qui se livrent à l’iniquité et à l’impiété sont appelés à se repentir devant Dieu.

Le Seigneur prend patience et leur envoie des prophètes pour les avertir des conséquences terribles de leurs péchés.

Au terme de la patience du Seigneur, quand l’iniquité arrive à son comble, les jugements de Dieu s’abattent alors, et les pécheurs sont complètement détruits, que ce soit par un déluge d’eau, par un déluge de feu, par l’épée, la peste et la famine, ou par les jugements décrits dans l’Apocalypse.

 

Dans Sa bonté, le Seigneur veut que tous les hommes parviennent à la repentance et à la connaissance de la Vérité. Il est lent à la colère et riche en patience et en miséricorde. Mais Il est aussi un feu dévorant, et il est terrible de tomber alors entre les mains du Dieu Vivant !

 

Nous sommes parvenus à la fin des temps.

 

Nous vivons à une époque où l’iniquité de l’humanité atteint des proportions inouïes. Les jugements de Dieu seront à la mesure de cette impiété. Ils seront aussi d’une ampleur inégalée, et se termineront même par la destruction complète de la terre actuelle, à la fin du règne de mille ans du Seigneur Jésus sur cette terre. Le mal est trop profond. Il est irrémédiable. 

 

Nous retrouvons à notre époque toutes les caractéristiques de l’impiété qui régnait au milieu des peuples qui finirent par être voués à la destruction :

 

  • Idolâtrie généralisée : fausses religions, apparence de la piété, apostasie.
  • Incrédulité par rapport à la Parole de Dieu, désobéissance et compromis.
  • Pratiques occultes : magie, sorcellerie, consultation des esprits et des morts, divination, astrologie, charmes et invocation des démons, satanisme.
  • Musiques d’inspiration démoniaque, conçues pour invoquer les démons et posséder ceux qui les écoutent, et qui ouvrent la porte à la drogue, aux perversions sexuelles et à la rébellion.
  • Homosexualité, inceste, et pédophilie.
  • Sacrifices humains et avortements, qui attirent des esprits de mort, de meurtre et de suicide.
  • Destruction des familles, adultères, remariages, libertinage et concubinage.
  • Violence généralisée, guerres et massacres d’une ampleur inégalée.

 

Nous retrouvons exactement les mêmes pratiques qui ont entraîné dans le passé les terribles jugements de Dieu sur tous ceux qui s’adonnaient à ces péchés.

 

L’apôtre Paul a écrit :

« Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là. Il en est parmi eux qui s’introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d’un esprit faible et borné, chargées de péchés, agitées par des passions de toute espèce, apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité. De même que Jannès et Jambrès s’opposèrent à Moïse, de même ces hommes s’opposent à la vérité, étant corrompus d’entendement, réprouvés en ce qui concerne la foi. Mais ils ne feront pas de plus grands progrès ; car leur folie sera manifeste pour tous, comme le fut celle de ces deux hommes » (2 Timothée 3 : 1-9).

 

Nous sommes à présent dans ces temps-là !

 

Le Seigneur est pourtant toujours le même. Il ne Se réjouit pas de ce qu’Il va bientôt être obligé de faire. Son Esprit est toujours puissamment à l’œuvre dans le monde entier, pour appeler les hommes à la repentance, et pour leur montrer que la porte de la grâce est toujours ouverte. Le sacrifice de Jésus est toujours disponible. Dieu est toujours prêt à pardonner et à sanctifier. Mais les oreilles et les cœurs se font de plus en plus durs.

 

Partout aussi dans le monde, le Saint-Esprit avertit les Chrétiens fidèles que la porte de l’arche va bientôt se refermer, et que Dieu va bientôt enlever de ce monde impie tous les justes qui marchent par la foi et qui L’attendent en soupirant.

 

Dieu fera exactement comme pour Noé et pour Lot. Il ne pourra faire tomber sur ce monde le moindre jugement final, tant que les justes ne seront pas tous à l’abri en Jésus-Christ. C’est Lui la Grande Arche Céleste, qui nous enlèvera bientôt vers un monde où la justice ne cessera de régner, dans la présence éternelle de notre Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ !

 

Viens, Seigneur Jésus !

 

Dans cette attente, Dieu Se servira encore de Son Eglise fidèle pour rendre un témoignage digne de Son Nom, et pour accomplir des signes, des prodiges et des miracles véritables, au Nom glorieux de Jésus-Christ. Ces signes, ces prodiges et ces miracles ont toujours été donnés, et le seront encore, dans l’espoir que ceux qui les verront puissent reconnaître la visitation divine, et se tourner vers le Seigneur dans une repentance véritable.

 

Depuis le début du vingtième siècle, et même au milieu de l’iniquité grandissante, Dieu a largement visité le monde entier par une action puissante de Son Esprit, par une restauration des dons de l’Esprit et de la guérison divine, ainsi que par une révélation plus profonde de la croix et de la marche par l’esprit.

 

L’Eglise véritable qui se prépare à l’enlèvement est une Église qui se sanctifie, et qui partira pure, sans ride ni tache ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable !

 

Et c’est Dieu qui le fera, parce que cette Église sait que tout ce que le Seigneur lui donne dans Sa grâce ne peut être reçu que par la foi.

 

Vers la fin de Son glorieux ministère, Jésus a pleuré sur Jérusalem :

 

« Comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit : Si toi aussi, au moins en ce jour qui t’est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t’environneront de tranchées, t’enfermeront, et te serreront de toutes parts ; ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le temps où tu as été visitée” (Luc 19 : 41-44).

 

Nous pouvons être assurés que le Seigneur Jésus pleure aussi sur ce monde impie ! Malgré cela, le Seigneur continue à visiter ce monde d’une manière puissante et unique. Mais, hélas, beaucoup n’ont pas connu le temps où ils ont été visités, jusqu’au sein même de l’Église du Seigneur.

 

Pour certains, il est déjà trop tard, et les choses spirituelles sont à présent cachées à leurs yeux. Ils seront détruits de fond en comble, parce qu’ils n’ont pas connu le temps où ils ont été visités. 

 

Bien-aimés, profitons de ce temps où Dieu nous visite encore !

 

Bientôt, les foules affamées chercheront la Parole de Dieu, et ne la trouveront plus !

 

Il est encore temps de se repentir et de revenir au Seigneur ! Il est encore temps de se convertir et d’abandonner tous nos péchés !

 

Mais combien ce temps est court !

 

Que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent ce que l’Esprit dit aux Eglises !

 

 

 

Publié dans FIN DES TEMPS

Commenter cet article