Israel n'est pas à l'abri d'un tremblement de terre !

Publié le par DP

Israël est-il préparé à une catastrophe naturelle ?

 

Cette interrogation ne relève pas de la simple hypothèse. L’Etat hébreu pourrait bien connaître un tremblement de terre comparable, voire plus intense, à celui survenu en Haïti voilà deux semaines. C’est en tout cas la thèse qu’a exposée le sismologue israélien Avi Shapira, président du Comité National de Préparation aux Séismes, devant la Knesset, mardi 26 janvier.

 
Mardi matin, une commission spéciale se réunissait à la Knesset pour discuter de la terrible secousse ayant touché Haïti, et des moyens à la disposition d’Israël en cas de séisme.

L’occasion, pour Avi Shapira, de rappeler qu’Israël n’était pas à l’abri d’une telle catastrophe : "Je reviens tout juste d’Haïti. Ce qui s’est produit là-bas, se produira aussi ici".
 
Un diagnostic aussi inquiétant est pourtant légitime : Israël est particulièrement exposé à ce type de cataclysme. L’Etat hébreu est situé le long de la Vallée du Rift Africain, une grande faille géologique qui s’étend sur 4 800 km de la Syrie au Mozambique et passe par la mer Morte, sous les collines orientales de Jérusalem.

De plus, les sismologues envisagent très sérieusement et depuis longtemps, l’éventualité d’un tremblement de terre d’une forte intensité dans les années à venir.

Selon eux, tous les siècles ou demi-siècle, un tremblement de terre puissant a lieu dans la vallée du Jourdain.
 
Et si Israël est sujette aux tremblements de terre, Shapira estime qu’il n’est pas en mesure d’y faire face.
 
Le sismologue a notamment mis en garde les hôpitaux dont les moyens pourraient vite s’avérer insuffisants en cas de catastrophe naturelle.

À en croire ses estimations, la plupart des bâtiments construits avant 1980 seraient incapables de résister à une secousse sismique. De même, selon l’union des entrepreneurs, un million d’appartements pourraient s’effondrer en Israël et des milliers d’édifices publics risqueraient eux aussi de s’écrouler.
 
Des estimations antérieures indiquaient que 40 à 50% des bâtiments résidentiels en Israël n’étaient pas construits en accord avec les normes visant à éviter les dommages en cas de tremblement de terre.
 
Shapira a cependant revu à la baisse ces chiffres, jugeant que des bâtiments dans une telle configuration ne représentaient que 20% de l’immobilier résidentiel.
 
"La situation n’est pas optimale" a donc indiqué Shapira à la commission composée de membres du Ministère des Affaires Etrangères, du Ministère de la défense et de comités pour la défense de l’environnement.
 
Le spécialiste a aussi déclaré qu’il était impossible de savoir quand surviendrait un tremblement de terre en Israël, mais que le pays devait prendre ses précautions pour minimiser les dommages potentiels.
 
En 2004, un tremblement de terre d’intensité moyenne 5 sur l’échelle de Richter, avait été ressenti dans plusieurs points du pays ainsi qu’en Jordanie et au Liban... Le dernier tremblement majeur (d’une intensité 6) remonte lui à 1927. Il avait fait 500 morts.
 
D’après les sismologues, un séisme d’une même magnitude aujourd’hui, du fait de la croissance de la population et du développement urbain, tuerait plus de 18 000 personnes.

Par Sarah Drai pour Guysen International News - Mardi 26 janvier 2010 à 19:07
Source : link

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article

Joy 26/06/2011 12:25



Merci beaucoup pour ces infos... A genoux dans la prière pour tous les bouleversements dans ces temps de la fin... Et se préparer personnellement... Que Dieu vous bénisse et vous garde... Joy