La vie avec abondance Sadhou Sundar Singh

Publié le par DP

 

sadou.jpgDifférence entre « la vie » et « la vie avec abondance ».
Un malade impuissant à tuer un serpent.

 

Je suis très heureux de vous voir, mais je regrette infiniment que la langue nous sépare ; j'aimerais tant pouvoir vous parler dans la vôtre ! Après tout, cela n'a pas une très grande importance, car la langue n'est rien ; c'est l'esprit, l'âme qui s'y reflète qui importe. Une seule langue en Christ, c'est assez pour nous dans toutes nos difficultés.

 

 Avant de commencer à parler, je lirai un verset dans l'Évangile de Jean 10 : 10 :

 

« Le voleur ne vient que pour voler, tuer et détruire. Je suis venu afin que mes brebis aient la vie et qu'elles l'aient avec abondance».


Il y a quinze jours, j'étais à Jérusalem et mes pieds foulaient, près du Temple, l'endroit même que ceux de notre Sauveur ont foulé bien des fois. Cela fit sur moi une profonde impression : quoique notre Sauveur ne fût pas là avec son corps de chair, je croyais l'entendre prononcer ces paroles : « je suis venu afin qu'elles aient la vie, une vie plus abondante ». Il a bien dit que non seulement nous pouvons recevoir la vie, mais encore la vie avec abondance. J'illustrerai par un récit la différence qui existe entre «la vie » et « la vie avec abondance ».

 

eaux.jpg


Il y a quelques années, il y avait aux Indes un homme resté très faible à la suite d'une longue maladie ; il était si faible qu'il ne pouvait plus vivre bien longtemps. Un jour qu'il était couché sur son lit, seul, il aperçut un serpent qui rampait de son côté ; il aurait bien voulu se sauver, mais il n'en avait pas la force, il ne pouvait pas bouger. Il avait encore la vie, mais une vie insuffisante même à saisir une pierre pour tuer le serpent. Il eut bien peur en voyant la bête approcher ; pourtant, il fut mordu et une demi-heure après il mourait. Plus tard, un de ses parents, homme fort et bien portant, tua le serpent.

 

serpent-cras.jpg

 

Il y a bien des chrétiens aussi qui ont reçu la vie et n'ont pourtant aucune force, aucune puissance spirituelle qui leur permette de tuer le serpent ; ils ont la vie... une vie qui ne leur sert à rien ; ces chrétiens-là ne peuvent s'aider à eux-mêmes, ils ne peuvent pas sauver leur propre vie ; comment pourraient-ils aider aux autres? Si même ils en ont le désir, la force leur manque. Le résultat sera que Satan, l'ennemi des âmes, viendra et les mordra, si bien que le péché souillera leurs âmes. Pourtant, notre Sauveur a promis de nous donner, non seulement la vie, mais la vie avec abondance. Si nous possédons cette vie abondante, nous sommes assez forts pour tuer l'ennemi.

 

 

La vie diminuée est une maladie qui enlève le goût  pour la prière et pour la Bible.

 

  reading_bible_med_jpg_384x300_q100.jpg

Les chrétiens qui n'ont pas cette vie en abondance n'aiment pas la prière, n'aiment pas lire la Parole de Dieu.

 

Dans un de nos hôpitaux, aux Indes, un homme malade depuis très longtemps avait si bien perdu le sens du goût qu'il ne jouissait plus d'aucune nourriture. Il était tout surpris de ne plus rien trouver bon. Beaucoup de ceux qui ont reçu une certaine vie de l'Esprit, ont perdu néanmoins le goût spirituel à cause de la maladie du péché et ne peuvent pas apprécier la Parole de Dieu. C'est leur faute à eux et non pas celle de la Bible.

 

 

Ceux qui ont la vie en abondance reçoivent la Parole de Dieu et apprécient cette nourriture spirituelle ; ils connaissent la vraie vie, la vie qui n'est qu'en Jésus-Christ.


Tant de chrétiens n'ont aucune joie en Jésus ; ils cherchent le plaisir et ne trouvent pas Christ dans leur plaisir. Ce n'est pas la faute du Sauveur, mais la leur.


Il y a quelques années, alors que je n'étais pas encore chrétien, je haïssais Christ et j'étais son ennemi. J'essayais en vain de satisfaire les aspirations de mon âme avec les choses de ce monde. Je possédais beaucoup des biens de ce monde et cependant rien ne me satisfaisait, car le vide de notre âme ne peut pas être comblé par les choses matérielles, mais seulement par Celui qui a créé notre coeur et qui sait comment le satisfaire. En devenant chrétien, je dus quitter la maison paternelle et ma parenté ; j'avais tout perdu, mais pour trouver tout en Christ.

 

En Christ aussi, j'ai trouvé une paix merveilleuse, que le monde ne peut pas donner et qu'il ne peut pas enlever.

 

Cette paix, je ne l'ai pas ressentie seulement quand j'étais à l'abri, près de mes amis, mais encore au sein des plus grandes difficultés.

 

prison.jpg


La vie nouvelle en Christ donne une paix merveilleuse.
Sundar Singh dans des ceps.

 

Je me rappelle le jour où j'allai annoncer l'Évangile au Népal. Ces gens n'aimaient pas du tout que je parle contre leur religion et me disaient :

 

« Tu es ici sans la permission de notre roi! » je leur répondais :

 

« En effet, je n'ai pas obtenu la permission de votre roi, mais ai celle du Roi des rois ».

 

«Très bien! si ton roi t'a envoyé, nous allons voir comment il te sauvera.»


Ils me mirent en prison, pieds et mains entravés dans des ceps, de sorte que je ne pouvais pas remuer. Ils m'avaient pris tous mes vêtements, j'étais absolument nu et l'on me mit en outre sur tout le corps des sangsues qui se gorgèrent de mon sang. Au commencement, je souffris ; pendant la première demi-heure je trouvai que c'était une dure épreuve. Cela provenait de ma propre faiblesse et mon Père céleste ne vint pas immédiatement à mon secours. Bientôt, cependant, une paix merveilleuse m'inonda et Sa présence fit de ma prison le ciel sur la terre. je ne sais pas chanter, mais à ce moment-là je ne pus pas rester silencieux si bien que, au milieu de la persécution, je me mis à chanter de magnifiques hymnes de louanges. On vint alors me dire : «Que ton roi te sauve, maintenant! Te voilà en prison et il ne peut pas te sauver ! » je répondis :

 

« Par sa grâce, je suis libre ; j'ai la paix de l'âme, que vous ne possédez pas ».

Dans cette prison se trouvait un homme qui avait eu l'occasion de lire l'Évangile de Marc et l'avait déchiré. Il me disait : « Tu as abandonné ta religion et tu voudrais nous gâter tous comme toi ! » Il voyait bien qu'en Christ je trouvais une puissance de vie qui transformait ma prison en ciel. Là-dessus, on alla dire au gouverneur : « A quoi cela sert-il de le garder en prison » « Tant qu'il prêchait son Évangile, personne ne prenait garde à lui, tandis que depuis qu'il est en prison, des masses de gens vont l'écouter ». Le gouverneur dit : « Laissez-le aller ; il est fou ! »

 

Bible_dechiree_aeroport_de_Nice.jpg

 

L'homme qui avait déchiré l'Évangile s'avança alors et dit : « Un fou peut-il être si heureux ? si c'est un fou qui possède une joie pareille, je désire être fou moi aussi et je le désire non seulement pour moi, mais pour le monde entier ».

 

Il vint à moi et me dit : « Pardonne-moi ! »

 

Je lui dis d'aller au Sauveur pour trouver le pardon et quelque temps après cet homme demanda le baptême, ayant trouvé la paix et la joie parfaites.

 

Vraiment, il y a une immense différence entre « la vie » et « la vie en abondance ».

 

Par la grâce de Christ, nous recevons une vie abondante et la preuve de cette vie c'est la joie qui remplit nos coeurs.

 

 

laugh.jpg

Publié dans ARTICLES

Commenter cet article

Flo 12/09/2011 22:54



Amen ma Soeur ! J'espère pouvoir porter de bons fruits pour SA Gloire malgré mes faiblesses et Dieu sait combien je m'attends à LUI pour être fortifiée, purifiée et sanctifiée par le Sang de
l'agneau ! Sois bénie et sois toujours un sarment fructueux pour la Gloire du Cep dont tu dépens, amen ! Flo.



Flo 12/09/2011 20:56



Alléluia ! J'ai lu la vie du Sadhou Sundar Singh et j'ai bu les paroles de ce livre tant sa vie entière est un témoignage du Christ vivant ! J'aimerai tant parfois tout quitter pour espérer me
rapprocher de LUI d'avantage encore. Mais... Ce n'est pas l'appel que j'ai reçu, car Dieu m'utilise là où je suis, telle que je suis, qu'Il soit béni, alléluia ! Je veux apprendre à me dépouiller
moi-même de toutes choses inutiles afin de gagner Christ ma Gloire et laisser le meilleur témoignage derrière moi mais pour le moment... J'ai encore bien des pas à faire, amen ! Flo.



DP 12/09/2011 21:48



Amen ! Je l’ai lu entièrement au début de ma conversion également. C’est un témoignage vivant et percutant. Il y a effectivement différents appels dans le Corps de Christ. Dieu choisit
certains hommes pour marquer leur génération comme le Sadou. Mais comme tu dis quand on a le feu, le Seigneur se sert de nous là où nous sommes. Dans notre faiblesse, il glorifiera sa force. Et
si nous restons attachés, collés à lui, nous porterons beaucoup, beaucoup de fruits. C’est alors que nos vies le glorifieront.. Sois bénie Flo