Le désir de la puissance Watchman Nee

Publié le par Daniella

Watchman Nee


Si nous désirons avoir de la puissance dans notre témoignage pour Christ, et dans notre lutte contre Satan, nous devons être remplis du Saint-Esprit.

 

Mais combien y en a-t-il qui convoitent ce bien pour en tirer gloire ?

 

Nous devons discerner clairement les raisons qui nous font solliciter la puissance du Saint-Esprit. Si notre mobile n’est pas de Dieu, ni en harmonie avec Lui, nous ne pourrons certainement pas l’obtenir.

 

Le Saint-Esprit de Dieu ne tombe pas sur la chair ; Il descend seulement sur l’esprit nouvellement créé par Dieu.

 

Le Calvaire précède la Pentecôte : le Saint-Esprit n’est pas disposé à revêtir de puissance des hommes et des femmes qui n’ont pas été traités par la Croix. Le chemin qui conduit à la chambre haute de Jérusalem passe par le Calvaire. Seuls ceux qui se sont conformés à la mort du Seigneur peuvent recevoir la puissance du Saint-Esprit.


La Parole de Dieu affirme que la sainte huile de l’onction ne doit pas être répandue sur la chair de l’homme (Ex. 30/32).


La sainte huile de Dieu ne sera donc pas répandue sur la chair, qu’elle soit excessivement souillée ou hautement raffinée.

 

Là où la marque de la Croix fait défaut, l’huile de l’Esprit est absente.

 

Par la mort du Seigneur Jésus, Dieu prononce Son verdict sur tous ceux qui sont en Adam. Comme le Saint-Esprit n’est pas descendu avant que la mort du Seigneur Jésus ne fût un fait accompli, le croyant de même ne saurait attendre cette puissance si la Croix du Seigneur Jésus est encore absente de son expérience. La plénitude de la puissance du Saint-Esprit suit l’acceptation expérimentale de la Croix.

 

La chair est pour toujours jugée devant Dieu et condamnée à mort par Lui.

 

Est-ce que nous ne tentons pas l’impossible lorsque nous désirons pour cette chair, non pas la mort, mais la parure du Saint-Esprit ?

Quel est notre but après tout ?

Une réputation ?

La popularité ?

Le succès ?

 

Ceux qui sont inspirés par des mobiles mélangés seront incapables de recevoir le baptême du Saint-Esprit.

 

Nous estimons peut-être que nos mobiles sont purs, mais notre Souverain Sacrificateur, par diverses circonstances par lesquelles Il nous fera passer, nous permettra de voir ce qu’il y a vraiment dans notre cœur. Nous ne discernerons Sa véritable intention que lorsque l’œuvre que nous avons en main aura échoué, et que nous aurons été méprisés et rejetés.

 

Tous ceux qui ont vraiment été utilisés par le Seigneur ont passé par ce chemin.

 

Le moment où nous recevons la puissance vient après que la Croix ait accompli son œuvre.


Mais n’y a-t-il pas un grand nombre d’enfants de Dieu qui, sans avoir jamais fait cette expérience plus profonde de la Croix, sont néanmoins puissants dans leur témoignage et accomplissent une œuvre considérable pour le Seigneur ?

 

La Bible indique qu’il existe une huile sacrée qui ressemble beaucoup à l’huile sacrée de l’onction, mais n’est pas l’huile sainte (Ex. 30/33).

 

Elle est composée comme l’huile sacrée de l’onction, mais N’EST PAS l’huile sainte.

 

Ne vous laissez pas tromper par vos succès ou votre réputation. La seule chose à noter, c’est si l’ancienne création, avec tout ce qu’elle acquiert par la naissance, a passé par la Croix ou non.

 

Une puissance que nous possédons avant que la chair ait été livrée à la mort n’est certainement pas la puissance du Saint-Esprit. Ceux qui ont du discernement spirituel se rendent bien compte qu’un tel succès n’a aucune valeur spirituelle.

 

On ne reçoit la vraie puissance de Dieu qu’après avoir condamné sa chair. Le dynamisme du Saint-Esprit ne peut trouver d’issue d’aucune autre manière.

 

En recherchant la puissance de l’Esprit, nous devons garder notre pensée claire et notre volonté alerte, pour nous protéger contre les contrefaçons de l’ennemi.

 

Nous devons laisser Dieu libérer notre vie de tout ce qui est impur, contraire à la justice de Dieu, ou simplement douteux, afin que notre être entier puisse être présenté au Seigneur.

 

En recevant les ressources du Saint-Esprit, le croyant voit grandir la sensibilité de ses organes spirituels. Il doit garder son homme intérieur continuellement libre, pour permettre au Saint-Esprit de livrer passage à sa vie dans son être et par son être.

 

Garder l’homme intérieur libre, c’est le maintenir en état de fonctionner pour le Saint-Esprit.


Watchman Nee, extrait de l’homme spirituel

Publié dans ARTICLES WATCHMAN NEE

Commenter cet article