UNE GRACE MERVEILLEUSE David Wilkerson

Publié le par DP

 688509542_small.jpg

 


Qu'y avait-t-il en nous pour attirer la grâce merveilleuse et le pardon de notre Sauveur? Est-ce une quelconque forme de beauté, de bonté ou de force? Est-ce à cause de notre potentiel?

 

Non!

 

CE SONT NOTRE GRAND BESOIN ET NOTRE IMPUISSANCE QUI ONT ATTIRE SA GRACE.

 

C'EST NOTRE FAIBLESSE QUI A NECESSITE L'INTERVENTION DE SA FORCE.

 

Nous pouvons trouver un exemple de notre condition de faiblesse et d'impuissance dans Marc, chapitre 2 :

 

« Des gens vinrent à lui, amenant un paralytique porté par quatre hommes ». (Marc 2:3)

 

Nous avons ici un exemple de complète impuissance : un homme qui n'a plus une once de force ou de puissance. Il ne peut même pas venir lui-même à Christ. Attardons-nous sur cette créature tremblante, faible, impuissante, prisonnière de son propre lit.

 

Cette créature, c'est toi ou moi, avant que nous ne connaissions la puissance de Christ.

 

Jésus se tient devant cet homme, descendu vers lui depuis le toit et il ne mentionne même pas sa condition physique. Le Seigneur a choisi de l'amener au Père purifié et pardonné. Il a été accepté avant d'être guéri. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique :

 

« Mon enfant, tes péchés sont pardonnés ». (Marc 2:5)

 

Quelle belle image de l'amour de Dieu au travers de Jésus! Cet homme était trop dépassé par son infirmité pour même seulement gémir. Il ne pouvait même pas murmurer faiblement sa demande de grâce.

 

« Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ... » (Ephésiens 2:10).

 

Le pharisien, avec toutes ses bonnes œuvres et ses vantardises n'a jamais attiré la grâce de Dieu.

 

« CE N'EST POINT PAR LES ŒUVRES, AFIN QUE PERSONNE NE SE GLORIFIE ».

 

 Montre-moi un enfant de Dieu qui se débat contre un péché qu'il déteste et qui le tient prisonnier, un enfant qui est écrasé par la culpabilité et le désespoir, qui se sent faible et impuissant, et je te montrerai celui qui est l'objet d'une grâce abondante.

 

Là où le péché abonde, la grâce surabonde (Romains 5:20)

 

Une fois repenti, tient ferme par la foi en l'œuvre de la croix, où tout a été accompli! Lorsque tu places ta foi en lui, tes péchés sont couverts par son sang. Tu vis à présent de l'autre côté du voile, assis avec Christ dans les lieux célestes, accepté au travers du bien-aimé, ne faisant qu'un avec Christ et avec le Père! La colère de Dieu à l'encontre de ton péché a été apaisée.

 

Tu es plus que vainqueur, vivant et avançant dans l'Esprit.

 

Tu es rempli de la plénitude de Christ et de sa puissance pour faire face à tout ce qui peut arriver dans ta vie.

 

Tu es la prunelle de ses yeux, renouvelé dans ton intelligence et tu es héritier de tout ce qui appartient à notre Seigneur Jésus Christ!

 

LA GRACE DE DIEU

 

Nous pouvons lire dans Actes 9 l'histoire d'un homme appelé Saul de Tarse. Cet homme était l'un des plus religieux qui ait jamais vécu. Il pouvait se vanter :

 

« C’est en toute bonne conscience que je me suis conduit jusqu'à ce jour devant Dieu ».

 

Mais qu'est-ce que cet homme pieux accomplissait ?

 

Saul était tellement rempli de haine envers Jésus qu'il était déterminé à persécuter l'Eglise de Dieu, même en dehors du territoire juif. Dans Actes 9, nous le trouvons en route pour Damas, cherchant à détruire le peuple du Seigneur. Il est incroyable de voir l'action de Dieu dans la vie de cet homme, qui est devenu le plus grand évangéliste qui ait jamais vécu. Soudain, il a vu briller autour de lui une lumière venue des Cieux.

 

Pourquoi?

 

Pour le confondre ?

 

Pour le mettre sous le poids de la culpabilité et de la condamnation ?

 

Pour le détruire ?

 

Pour lui faire connaître le courroux et le jugement de Dieu ?

 

Non, mais pour lui montrer que ses iniquités sont pardonnées et que ses péchés sont oubliés.

 

Représentons-nous Saul prosterné devant cette lumière, entendant la voix de Jésus qui ne le condamnait pas pour le chemin qu'il avait suivi. Les mots qu'il a entendu sont :

 

« Je suis Jésus! »

 

Il n'y a pas eu de reproches sur ce qu'il faisait.

 

Pourquoi ?

 

Parce que Jésus qu'il persécutait était son plus grand ami. Bien-aimé, ce même Jésus nous offre la même grâce.

 

NOUS MERITONS LE JUGEMENT ET LA CONDAMNATION MAIS TOUT CE QUE NOUS L'ENTENDRONS DIRE C'EST :

 

« Je suis Jésus, ton rédempteur ».

 

Remercie-le aujourd'hui pour cette grâce qu'il t'a manifestée.

 

[Pensée inspirée par J.B. Stoney]

 

RENTRE DANS L'ARCHE

 

John Owen, le grand prédicateur puritain, a prêché le message suivant à sa congrégation le 9 avril 1680 :

 

« Vous savez que depuis de nombreuses années, sans me lasser, je vous ai avertis continuellement de l'approche d'un temps de calamités, en dénonçant les péchés qui en ont été la cause... je vous ai annoncé que le jugement commencera par la maison de Dieu ; que Dieu semble avoir endurci nos cœurs par sa crainte..et que personne ne connaît ce que sera la puissance de sa colère. Dans toutes ces choses, je vous ai prédis des temps de périls, de détresses et de calamités... Tout cela est maintenant à la porte et est en train de venir sur nous. »

 

Dieu a en effet envoyé son terrible jugement sur cette société. John Owen a vécu pour pleurer sur l'holocauste de feu qui a englouti toute la ville de Londres. Pourtant, avant même qu'il ne voit une seule de ces calamités se produire, Owen a fidèlement crié de sa chaire « je vais vous montrer comment nous devons nous conduire dans et sous les calamités qui viennent sur nous, et qui pourraient bien nous submerger jusqu'au cou ».

 

Bien-aimés, nous sommes en train de vivre un temps exactement similaire à celui d'Owen. Et dans des temps comme ceux-ci, il n'y a qu'une seule réponse à la tempête qui vient. « Le juste vivra par la foi !»

 

Owen a averti son peuple avec larmes :

 

« faites-vous une arche – préparez une arche pour votre salut et le salut de votre famille ».

Et il ajoutait : « Cette arche est Jésus-Christ. Il n'y a pas d'autre chemin, aucune autre arche – car Esaïe, le prophète, disait de notre Seigneur :

 

« Un homme [Christ] sera comme un abri contre le vent, et un refuge contre la tempête, comme des courants d'eau dans un lieu desséché, Comme l'ombre d'un grand rocher dans une terre altérée » (Esaïe 32/2).

 

Voici notre arche !

 

Bénis sont ceux qui se confient en lui seul... je ne connais aucune sécurité, aucune délivrance dans les épreuves et les afflictions qui viennent sur la terre, si ce n'est en croyant que Christ est notre seul refuge ». 

 

Nous pouvons voir des dangers de tous les côtés, y compris Satan et ses principautés qui veulent noyer notre foi dans le doute. Mais nous avons des anges qui nous entourent comme une muraille de feu et un Dieu qui a promis de nous garder au travers de n'importe quelle situation désastreuse que nous pourrions rencontrer. Alors laissez-moi vous le demander :

 

« Voulez-vous faire face à la tempête qui vient avec un calme confiant et la paix du cœur ? Alors mourrez aujourd'hui à toutes vos propres voies et aux moyens de vous sauver vous-même, et abandonnez entièrement la garde de vos vies aux tendres soins de Dieu. Il est votre bon Berger – et il est fidèle pour vous garder au travers de tout !

 

Gardez vos yeux fixés sur Jésus.

 

Lui seul est notre espoir. 

 

 

Publié dans ARTICLES D. WILKERSON

Commenter cet article