Les raisons bibliques de quitter une église par James R. Buchan.

Publié le par DP

L'original peut être consulté en anglais à l'adresse suivante :

http://www.deceptioninthechurch.com/biblical_reasons_for_leaving_a.htm

Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que les sources soient indiquées.

door.jpgEn ces jours de séduction et d'apostasie, de plus en plus de Chrétiens sont conduits à quitter leur église. Quelles sont les raisons bibliques qui pourraient, ou qui devraient, nous pousser à quitter une église ?

En ces jours de séduction dans l'Eglise, les Chrétiens sont confrontés à de multiples problèmes, non seulement hors de l'Eglise, mais au sein même de l'Eglise. En tant que Chrétiens, nous avons la responsabilité de nous réunir et de travailler avec d'autres membres du Corps de Christ. Toutefois, en ces temps de ténèbres, l'hérésie grandit, à mesure que séducteurs et séduits pénètrent dans « l'Église ». Les Chrétiens sont confrontés à des choix difficiles :

« Devons-nous quitter notre église ? Devons-nous rester pour tenter de sauver la situation ? »

Je suis certain que vous l'avez déjà remarqué, l'Église est attaquée de tous les côtés, notamment par toutes sortes de faux enseignements, depuis la « santé et la prospérité garanties » jusqu'au « Royaume maintenant », en passant par le « Christianisme Celtique » ou la « Confession Positive ».

Beaucoup de ces fausses doctrines ont été réfutées par des enseignants fidèles comme Tony Pearce, Philip Foster, Philip Powell ou Neil Richardson. Les faux enseignements et les faux docteurs semblent s'être infiltrés dans un grand nombre d'églises, ce qui doit attrister le cœur de nombreux Chrétiens. Compte tenu de cette réalité, beaucoup de Chrétiens se posent actuellement la question suivante : «

« Quand, et pour quelles raisons, devrai-je quitter mon église ? »

J'étais économiste, et j'ai dû étudier (bien mal, dois-je dire !) les aspects théoriques et pratiques de l'économie. J'ai remarqué à quel point la théorie se mêlait à la pratique. Il doit en être de même avec le Christianisme. Jacques le fait souvent remarquer dans son épître. Je me contenterai de faire cette citation :

« Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. Car, si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s'être regardé, s'en va, et oublie aussitôt quel il était. Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'œuvre, celui-là sera heureux dans son activité. Si quelqu'un croit être religieux, sans tenir sa langue en bride, mais en trompant son cœur, la religion de cet homme est vaine. La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde » (Jacques 1 :22-27).

Dans 1 Corinthiens 13, l'apôtre Paul insiste aussi sur la nécessité de l'amour.

La nécessité d'étudier à la fois la théorie et la pratique convient bien au contexte chrétien. La théorie, c'est la doctrine. La pratique, c'est la mise en application de la doctrine, que ce soit individuellement, par chacun de nous, ou collectivement, par l'Église. Nous devons donc étudier tous ces domaines pour avoir une idée des principes et des exemples que nous devons appliquer dans notre vie.

Cela dit, je dois m'adresser ici aux Chrétiens qui seraient animés par un esprit de division. « Christ a aimé l'Eglise, et s'est livré lui-même pour elle » (Ephésiens 5 :25). Nous ne devons pas quitter une église à la légère, ou pour des raisons égoïstes. Nous devons être bien certains que nous ne quittons pas une église parce que nous espérons obtenir une « promotion » ailleurs, que ce soit pour diriger la louange ou pour la prédication. Nous devons également veiller à ne pas vouloir toujours aller chercher ailleurs des expériences spirituelles toujours nouvelles et plus fortes.

Si nous sommes dans une église qui enseigne la vérité de la Bible, mais que nous avons l'impression que nous ne pouvons y accomplir que des tâches « mineures », nous ne devons pas chercher à promouvoir notre propre gloire, pour aller chercher à obtenir ailleurs un rôle plus glorieux.

J'espère que ceux qui me liront ne penseront pas que je veux me faire l'avocat d'un point de vue totalement « séparatiste » ! Je crois sincèrement que nous avons le devoir d'aimer, d'encourager, d'édifier, de reprendre et même de supplier ceux qui suivent une mauvaise voie. Toutefois, nous devons le faire dans l'amour, en cherchant leur édification. Nous devons être toujours conscients que nous dépendons complètement du Seigneur pour comprendre Sa vérité, et pour vivre et travailler dans la vérité. Je dois reconnaître que, dans les milieux évangéliques charismatiques, on accuse souvent à tort un frère ou une sœur de « manquer d'amour ». Mais il me semble que la Bible nous montre que si nous cherchons réellement le bien et l'édification des autres, alors nous marchons réellement dans l'amour de Christ.

Je voulais faire cette mise au point avant d'aller plus loin.

Parlons d'abord de la doctrine. Il faut admettre qu'il n'y a pas beaucoup d'exemples dans la Bible de Chrétiens qui quittent leur église ou leur communauté. Mais, à l'époque du Nouveau Testament, la situation était assez unique, en ce sens que l'Église n'était pas divisée, non seulement spirituellement, mais aussi physiquement. Les Chrétiens étaient guidés par les apôtres, pas seulement par leurs lettres, mais directement. Ceux qui avaient envie de quitter une église étaient donc confrontés à un problème. Il n'y avait pas à l'époque toutes les dénominations actuelles. Les premiers Chrétiens recevaient leur enseignement des apôtres, et tous avaient la responsabilité d'être d'accord avec eux, car ils avaient raison en général. Si quelqu'un, par exemple, voulait quitter l'une des églises de la Galatie du temps de Paul, parce qu'il n'aurait pas été d'accord avec l'apôtre, on peut raisonnablement penser qu'il aurait eu tort, et que l'apôtre aurait eu raison. Même s'il y avait des contestations théologiques, elles n'étaient pas permanentes comme aujourd'hui.

Dans de telles circonstances, il est normal que le Nouveau Testament ne donne pas beaucoup d'exemples de Chrétiens qui abandonnent leur église. Il n'y avait pas, comme aujourd'hui, un grand nombre d'églises qui croient en toutes sortes de doctrines différentes. A présent, une foule de dénominations sont en concurrence pour attirer notre attention et nous offrir ce qu'elles croient être le meilleur. C'est la situation pratique dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Toutefois, bien que ce ne soit plus exactement la même chose qu'au temps de l'Église primitive, Dieu ne nous a pas laissés sans recours ni sans repères. Il nous suffit de connaître les principes qui se trouvent dans l'Écriture pour savoir comment nous comporter en toute situation.

Dans 2 Jean 9-11, l'apôtre condamne expressément le péché qui consiste à saluer ou bénir quelqu'un qui ne nous apporte pas la doctrine de Christ :

« Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n'a point Dieu ; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils. Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas : Salut ! car celui qui lui dit : Salut ! participe à ses mauvaises œuvres » (2 Jean 9-11).

Ce verset nous suggère donc que la doctrine de Christ (tout ce qui concerne la personne et l'œuvre de Christ) est fondamentale pour l'Église.

Paul dit quelque chose de semblable dans l'épître aux Galates :

« Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Evangile. Non pas qu'il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Evangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème ! Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure : si quelqu'un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème ! » (Galates 1 :6-9).

Ce passage nous parle cette fois de l'Evangile de Christ, en indiquant que cet Evangile constitue un fondement absolument nécessaire.

Ceux qui s'écartent de l'Évangile de Jésus-Christ pour annoncer un autre Évangile ne sont plus au bénéfice du salut, mais sont clairement sous la malédiction !

J'étudierai certaines doctrines importantes, en ne mentionnant que les autres brièvement. Concernant la « doctrine de Christ » dont parle 2 Jean 9-11, il est très important de dire que l'un des fondements essentiels de l'Église touche à la nature même de Dieu, qui est Un en trois Personnes (Romains 9 :5, 1 Jean 5 :7-8, Jean 10 :30-33).

Si votre église ne croit pas à un Dieu Trinitaire, vous devez la quitter immédiatement.

En y restant, vous vous opposeriez à Dieu. Je ne peux pas le dire plus clairement. La divinité de Christ est une doctrine essentielle. S'Il n'avait pas été Dieu, Jésus n'aurait jamais pu nous racheter. Il est évident que les Chrétiens ne doivent se joindre qu'à une église qui enseigne la divinité de Jésus-Christ.

Un problème encore plus important est celui de la négation de l'infaillibilité de la Bible. Voici ce que dit Paul dans 2 Timothée 3 :16-17 :

« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre ».

A l'époque, Paul faisait surtout référence à l'Ancien Testament, quoique Pierre considère les épîtres de Paul comme faisant partie des Écritures inspirées (2 Pierre 3 :15-16). La Bible est la Parole de Dieu. Elle ne contient aucune erreur. Le récit de la création relaté dans les trois premiers chapitres de la Genèse est vrai. Une église qui nie la véracité de la Bible n'a plus aucun fondement solide pour ses enseignements. Si une partie de la Bible était fausse, Dieu pourrait être considéré comme « menteur » dans n'importe quelle autre partie des Écritures. C'est logique. Certains théologiens modernes affirment que nous devons interpréter la Bible à la lumière de chaque culture. C'est vrai, mais aucune interprétation ne doit aboutir à nous faire négliger les conseils et les commandements divins.

Aucun Chrétien ne doit donc fréquenter une église qui ne considère pas la Bible comme absolument infaillible.

Avec la montée de l'apostasie, nous devons nous attendre à ce que de plus en plus de conducteurs chrétiens mettent en doute l'infaillibilité de l'Écriture. Nous ne devons pas oublier ces paroles de Jésus-Christ :

« Si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse » (Matthieu 5 :14).

Nous rencontrons aujourd'hui un problème de plus en plus fréquent. L'homme est tellement centré sur lui-même qu'il en finit par nier sa nature pécheresse. Si l'on commence à croire que l'homme, dans sa nature non-régénérée, est capable de faire le moindre bien, Paul devait donc avoir un problème en écrivant Romains 7 !

Toute église qui enseigne que l'homme est naturellement bon a donc déclaré la guerre à Dieu, qui affirme le contraire dans Sa Parole. Une telle église ne peut pas être fréquentée par un Chrétien.

La Bible nous enseigne aussi qu'il n'y a qu'un seul médiateur entre Dieu et les hommes :

« Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme » (1 Tim. 2 :5).

Une église qui n'enseigne pas cette doctrine, et qui a institué d'autres médiateurs entre Dieu et les hommes, comme des prêtres, ou tout autre hiérarchie religieuse, est en rébellion directe contre Dieu. Il n'est pas nécessaire d'être diplômé de l'université pour comprendre que la première Eglise à enseigner ce genre d'erreurs est l'Eglise Catholique Romaine.

Aucun Chrétien véritable ne devrait accepter de rester dans l'Eglise Catholique Romaine.

En outre, toute église chrétienne qui considère l'Eglise Catholique comme une autre branche de l'Eglise universelle ne peut qu'être considérée avec la plus extrême suspicion, et doit être évitée.

Je mentionnerai brièvement un certain nombre de doctrines qui doivent être considérées comme essentielles, parce qu'elle sont nécessaires au salut :

  • Le salut par la foi en Jésus-Christ.
  • Le salut par la foi en Jésus-Christ seul.
  • La résurrection physique de Jésus, trois jours après Son ensevelissement.
  • La conception virginale miraculeuse de Jésus-Christ, né sans péché.

Certaines autres doctrines ne sont pas nécessaires au salut. Nous devons donc les traiter différemment.

L'exemple le plus évident concerne le baptême. Je crois au baptême biblique par l'immersion complète de ceux qui ont tout d'abord accepté Jésus comme leur Sauveur, et je n'ai pas honte de le croire. C'est l'enseignement pur et simple des Ecritures, tel que je peux le comprendre. Je connais des Chrétiens qui sont favorables au baptême des enfants. Je ne veux pas leur manquer de respect en affirmant que ceux qui se convertissent à Christ doivent être baptisés par immersion, après s'être repentis de leurs péchés. C'est une simple question d'obéissance à la Parole de Dieu.

Si nous sommes convaincus de la véracité biblique du baptême par immersion de ceux qui se convertissent à Christ, nous ne devons pas nous joindre à une église qui enseigne et pratique autre chose.

C'est une simple question de logique biblique !

Un autre problème important est celui de la prédestination.

Il y a d'un côté les partisans de Calvin, et de l'autre ceux d'Arminius. Les théologiens se sont souvent affrontés sur cette question. Il y a des éléments de vérité dans les positions des deux camps. Je crois certainement en la souveraineté de Dieu et en la prédestination. Toutefois, l'Ecriture nous montre clairement que nous devons aussi exercer notre responsabilité, en choisissant librement Christ. C'est le cas typique où il est nécessaire d'avoir une position équilibrée, et de ne pas s'en tenir qu'à une partie de la vérité. (NDT : Selon Romains 8 :29, il semble clair que Dieu prédestine ceux qu'Il a connus d'avance. C'est parce qu'Il connaît d'avance le choix de tous les êtres humains qu'Il peut les prédestiner en fonction de ce choix).

Après avoir considéré les fondements doctrinaux essentiels, passons à présent à la pratique.

L'Eglise est actuellement attaquée à cause des doctrines qu'elle proclame. Nous sommes appelés à être le sel de la terre dans le monde qui nous entoure. L'exemple le plus évident, en matière de pratique, concerne la sexualité. Dieu a créé l'homme et la femme pour qu'ils s'unissent, afin de se reproduire et de multiplier. Le Seigneur a ordonné que l'acte sexuel soit limité à la relation du mariage.

Dans l'Ancien Testament, une femme qui avait des relations sexuelles en dehors du mariage était punie de mort.

Dieu interdit la sodomie, l'homosexualité, l'adultère et les relations sexuelles avec les animaux.

En ce qui concerne l'homosexualité, voici ce qui est écrit dans l'épître aux Romains :

« De même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, étant remplis de toute espèce d'injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice ; pleins d'envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité ; rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d'intelligence, de loyauté, d'affection naturelle, de miséricorde. Et, bien qu'ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font » (Romains 1 : 27-32).

Paul fait remarquer que Dieu jugera non seulement ceux qui s'adonnent à l'homosexualité, mais aussi ceux qui approuvent l'homosexualité. Tous seront jugés par Dieu. Mais nous devons nous comporter envers les pécheurs de la même manière que Christ. Ce sont des gens qui ont péché et qui ont besoin d'un Sauveur, tout comme ceux qui ont des pensées adultères, ou les ivrognes. En fait, nous sommes tous pécheurs et nous avons tous besoin d'un Sauveur.

Toutefois, beaucoup d'églises sont dans le compromis dans leurs relations avec les pécheurs. Nous ne devons pas aimer à la fois le pécheur et le péché.

Compte tenu de la sévérité des paroles de Paul, il semble clair que nous devons éviter de fréquenter une église qui ne condamne pas clairement le péché, ou qui ne reconnaît pas le péché comme tel.

 Les églises qui ne condamnent pas l'homosexualité se sont vendues à l'esprit du monde. Elles peuvent attirer la foule, mais elles n'ont pas la bénédiction de Dieu.

J'ai cité l'homosexualité, mais je pourrais tout aussi bien citer cette pratique si fréquente qui consiste à « cohabiter » avec une personne de l'autre sexe, sans être marié avec elle. Pour le Seigneur, c'est aussi vivre dans le péché. Beaucoup d'églises ont accepté des compromis dans ce domaine, alors que les commandements de Dieu sont clairs.

Toute église chrétienne doit donc s'en tenir aux commandements du Seigneur et aux règles de vie énoncées par la Bible. Si ce n'est pas le cas pour votre église, vous devez la quitter.

L'organisation et le fonctionnement des églises constituent un domaine où l'on peut rencontrer de multiples problèmes. Wesley, Calvin, Luther, Darby et bien d'autres se sont tous faits les avocats de différents systèmes d'organisation et de fonctionnement des églises. Il faut bien admettre que tous ces hommes ont soigneusement étudié les Ecritures, et que tous ont pu y découvrir certains éléments de vérité. Je crois que dans ce domaine, les Chrétiens doivent admettre qu'ils peuvent être en désaccord, mais qu'il ne s'agit pas d'une raison valable pour quitter une église, d'autant plus que l'on peut constater des abus dans tous les systèmes d'organisation.

Il existe de nombreuses pratiques qui sont sources de contestation dans les églises, comme le choix du recueil de cantiques ou la manière de conduire une réunion. Le contenu réel est plus important que la forme extérieure. Je connais une église qui s'est divisée à propos du choix d'un recueil de cantiques. Je crois que nous pouvons tous être d'accord sur le fait qu'il s'agit d'une raison ridicule. Mais nous devons nous conformer aux commandements bibliques concernant l'ordre et la décence dans les réunions. Toutefois, la Bible nous laisse beaucoup de liberté en la matière. Respecter l'ordre et la décence ne signifie pas que nos réunions doivent devenir sèches et arides, où toute liberté de l'Esprit serait bannie.

Mais la liberté doit rester biblique. Nous ne devons pas ignorer les excès que l'on trouve dans beaucoup d'églises. Par exemple, dans l'expérience dite de « Toronto », aucun fondement biblique ne peut justifier les manifestations qu'on peut y observer. Nous devons nous tenir en garde contre de telles choses. L'expérience de Toronto a des fondements occultes qui ont été largement prouvés, et qu'il n'est pas dans mon intention d'aborder ici. Il me suffit de dire que nous ne devrions jamais participer à des activités d'origine occulte.

La Bible est tellement claire sur ce point que notre seule solution est de quitter toute église qui se livrerait à ce genre de pratiques.

Paul a pu dire : « Quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité ? Ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? » (2 Cor. 6 :14).

Nous devons donc tout d'abord avertir nos frères puis, s'ils ne nous écoutent pas, quitter une telle église.

Avant d'aborder ma conclusion, j'aimerais tout d'abord vous rappeler que le fait de quitter une église entraîne toujours des problèmes, pas seulement pour celui qui la quitte, mais aussi pour ceux qui restent. Certains peuvent parfois être faibles ou jeunes dans la foi, et un départ peut les blesser ou causer des dégâts.

Si vous devez quitter une église, je vous conseillerai donc de continuer à prier pour ces personnes.

Priez pour qu'elles puissent trouver la vérité, et pour que Dieu les fortifie et les bénisse.

Encouragez-les à servir le Seigneur. Ces personnes ont souvent le cœur droit et sont des victimes involontaires. Elles peuvent avoir du zèle, mais un zèle « sans intelligence ».

Efforcez-vous de garder le contact avec ces brebis faibles.

Priez pour l'église que vous avez quittée, tout particulièrement pour qu'elle comprenne ses erreurs.

Si c'est vous qui avez été exclu, n'oubliez pas de prier pour tous ceux qui vous ont offensé.

Conclusion.

En matière de doctrine, je crois que les Chrétiens doivent quitter une église qui ignore délibérément toute doctrine biblique fondamentale, ou qui enseigne une fausse doctrine dans un domaine que la Bible considère comme fondamental.

Cela ne nous fera aucun bien de rester dans une église qui annonce un « autre Evangile », ou un faux Evangile. D'autres points de doctrine ne sont pas aussi fondamentaux, mais peuvent constituer une raison valide pour quitter une église.

Le baptême en est un bon exemple. Ce n'est pas le baptême qui sauve, mais si nous voulons obéir au commandement de l'Ecriture, cela signifiera souvent que nous devons partir. D'autres points de doctrine ne constituent pas une raison de quitter une église.

Parmi ceux-ci, j'ai cité tout ce qui touche à la prédestination et au libre-arbitre, ou à l'organisation et au fonctionnement de l'église.

En matière de pratique, il en est de même. Dans ce domaine, il est fondamental d'appeler le péché « péché ».

Toute église qui accepte des compromis dans ce domaine prend des risques énormes. L'immoralité, en particulier, n'a aucune place dans l'Eglise (1 Cor. 5 :9, 11, 13).

L'apôtre Paul, mentionnant spécifiquement la fornication, affirme avec force à plusieurs reprises que nous ne devons pas fréquenter, ni accepter dans l'Eglise, ceux qui se prétendent Chrétiens tout en vivant ouvertement dans l'immoralité. Manifestement, si l'Eglise que vous fréquentez accepte de garder au milieu d'elle des "frères" qui vivent ouvertement dans l'immoralité, elle ne va pas s'excommunier elle-même, et c'est vous qui devrez partir, si vous voulez obéir à l'Ecriture.

Un autre domaine fondamental concerne les pratiques occultes. Je connais une église de Londres, très connue, qui organise des rencontres régulières avec des occultistes, des gens qui pratiquent la sorcellerie, et des adeptes du Nouvel Age.

En tant que Chrétiens, nous devons proclamer ce que Paul proclamait dans 2 Cor. 6 :14-15, et refuser d'avoir la moindre communion avec ceux qui pratiquent de telles choses. Christ n'a aucun accord avec Bélial.

Le Temple de Dieu n'a aucun rapport avec les idoles.

Dans le passage que nous avons déjà mentionné, dans la deuxième épître de Jean, le simple fait de saluer ceux qui ne viennent pas nous apporter la « doctrine de Christ » nous fait participer à leur péché. Pouvons-nous, en toute bonne conscience, continuer à fréquenter une église qui ne tient aucun compte de ces commandements ? Paul nous donne une réponse claire dans 2 Cor. 6 :17-18 :

« Mais celui qui s'attache au Seigneur est avec lui un seul esprit. Fuyez l'impudicité. Quelque autre péché qu'un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à l'impudicité pèche contre son propre corps ».

J'espère, et je prie sincèrement, que vous n'ayez jamais besoin de quitter votre église, et que celle où vous vous trouvez actuellement puisse être bénie par Dieu en obéissant à la vérité.

Que Dieu vous bénisse et vous garde ! Amen !

  

 

 

Publié dans ARTICLES

Commenter cet article

dieudonné Rwazigama 13/10/2010 11:24



J’étais en congé, et je n’avais pas eu le temps de lire les articles,
prophéties et songes mis dans le Site Internet de Alliances Délivrances. Personnellement, j’apprécie beaucoup ce réseau par lequel nous apprenons beaucoup de choses que l’Eternel révèle à ses
Serviteurs. Toutefois, la Bible nous exhorte, pour ce qui concerne des sermons, prophéties, révélations,…de prendre ce qui est bon et de laisser ce qui n’est pas
scripturaire.


                             


Je viens de lire un bon article de l’homme de Dieu, James R. Buchan, au
sujet des raisons bibliques de quitter une église. Vraiment, c’est un bon article que j’ai beaucoup apprécié en tant que serviteur de Dieu. Il est fondé sur les Saintes Ecritures et donne de bons
conseils aux chrétiens de cet âge de la fin. Je remercie vivement le Seigneur Jésus, pour cet article combien édifiant.


 


Cependant, je ne suis pas d’accord avec notre bien-aimé dans le Seigneur,
Buchan, lorsqu’il dit que si votre église ne croit pas à un Dieu Trinitaire, vous devez la quitter immédiatement. Cette déclaration est forte, à tel point qu’elle mérite certains éclaircissements
de la Bible.


 


Qu’il me soit permis de dire que nous ne trouvons nulle part dans la
Bible l’expression un Dieu Trinitaire. Aucun passage biblique nous dit qu’il y a un Dieu, mais manifesté en trois personnes distinctes mais de même nature. Trois personnes en Dieu, c’est la
définition de la Sainte Trinité. Si tel est le cas, une telle définition devra se trouver dans les Saintes Ecritures. D’autres expressions liées à cette notion philosophique et théologique d’un
Dieu trinitaire sont : Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit ; le Fils éternel de Dieu. Laissez-moi vous dire que ces expressions ne se trouvent pas dans la Bible, c’est une invention
pure et simple de l’homme. Je voudrais aussi informer les internautes que cette notion de la Sainte Trinité n’était pas connue de l’Eglise primitive, c’est un développement qui a pris naissance à
partir du troisième siècle.


 


Nous devons éviter de défendre une notion qui ne se trouve pas dans la
Bible, si nous voulons être fidèles à la Parole de Dieu. Une chose ne se trouvant pas dans la Bible, comment sa définition peut-elle être biblique ? Ce que nous devons savoir, c’est que
Jésus-Christ, avait deux natures : divine et humaine. De ce fait, il pouvait tantôt parler comme Dieu, et dire dans Jean 14, celui qui m’a vu a vu mon père, parce que d’après Esaïe, il est
le Père éternel, et tantôt comme un être humain, lorsqu’il dit que personne ne connaît le jour de sa venue, excepté le Père qui vit au ciel. Est-il vraiment intéressant d’adorer un Dieu, qui ne
connaît pas le jour de la fin du temps ? Franchement, ce Dieu, ne serait pas intéressant ; et ne sera pas capable de sauver les pécheurs. Mais, je loue mon Dieu et mon Roi, car notre
Seigneur Jésus, connaît tout, car il est omniscient, omnipotent et omniprésent (Apoc.5 : 6).


 


Pour vous aider à comprendre cette révélation, prenons les 4
évangiles : Matthieu, Marc, Luc et Jean, symbolisant les quatre êtres vivants. Le premier a vu le Seigneur Jésus, comme un Lion. C’est la révélation de Jésus, comme Roi des rois et Seigneur
des seigneurs. En tant que lion, il régnera comme Roi sur le trône de David, pendant son règne des mille ans. En tant que lion, il dit …..Le deuxième,  le voit comme un animal (bœuf). Un Jésus serviteur, lavant ses disciples ses pieds. Mais, c’était Dieu lui-même dans le corps qui lavait les hommes les pieds.
En tant que serviteur, il dit avec raison qu’il ne connaît pas les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. C’est normal, car un serviteur ne connaît pas le secret de son
maître. Quel amour ! Le troisième, le voit comme un fils d’homme, càd un prophète. En tant que tel, il fait ce qu’il voit faire son père, comme s’il n’a pas sa propre autorité. C’est tout à
fait juste, car un prophète fait ce qu’il a vu ou entendu du conseil de Dieu. Et enfin, le quatrième, le voit comme un Aigle, càd comme le Fils de Dieu : Dieu incarné dans le Fils. Dans
cette révélation, il n’a pas besoin de l’aide de son Père. Il est Dieu, incarné dans la chair. Il marche sur les eaux, il ressuscite les morts,…Sachez que Jésus-Christ, était mort en tant que
Fils de l’Homme, et non en tant que Dieu, car Dieu ne peut pas mourir. (2 Corin. 5 :18, 1 Tim 3 :16, 1 Jean 5 : 20,…).


 


Nous devons tous savoir qu’il n’y a pas de niveaux ou d’escaliers dans la
divinité, comme beaucoup pensent. Ca, c’est la foi catholique. La Bible nous dit qu’en Jésus, se trouve la plénitude de la divinité. (Colossiens 2 : 9). Pas une partie de la divinité, la
totalité, c’est pourquoi dans 1 Jean 5 : 21, il est dit aux chrétiens de ne pas adorer les idoles, car Jésus-Christ, est le Seul Dieu. C’est pourquoi aussi le baptême doit se faire au nom du
Seigneur Jésus, qui est mort à la croix (Romains 6 : 3-4).  Ce n’est pas le Père qui est mort à la croix, ni non plus le Saint-Esprit. C’est le
Fils répondant au nom de Jésus-Christ, qui est mort à la croix. Personne dans la Bible n’a été baptisée au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Matthieu 28 : 19 : "Allez, faites de
toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit". C’est l’empereur Constantin, qui avait ordonné la modification de ce texte. Dans le texte manuscrit, il
est dit …, baptisez-les en mon nom. Cette expression en mon nom est conforme au reste des Saintes Ecritures. Lisez Marc 16 : 17 :…en mon n