L’ORIGINE DU PORT DES BOUCLES D'OREILLES ET DES BIJOUX DANS LES TEMPS ANCIENS.

Publié le par DP

 

(A lire avec l'intelligence du Saint esprit car il y a des références aux livres apocryphes)
Au temps de Christ, il y avait une vue que l'utilisation du maquillage et des bijoux était d'origine démoniaque. Voir le Livre Éthiopique d'Énoch (Knibb, Oxford Clarendon, 1982, Vol. 2, pp. 79-86).
1 Timothée 2:9-10 et 1 Pierre 3:3-6 sont utilisés à titre d'exemples contre l'utilisation du maquillage et des bijoux. Cependant, il y est question d'un comportement convenable et du gouvernement ordonné de la famille et de l'Église.

 

L'habillement d'un Chrétien doit être sans suggestion d'association avec des pratiques idolâtres ou la superstition.

 

Malgré la vue de ceux qui condamneraient les bijoux, la Bible a une application spécifique, des utilisations et des termes qui identifient ce qui était et ce qui n'était pas permis. Les traductions ont obscurci la vraie signification des textes.

 

Selon la ERE, il est possible que les bracelets, les bracelets de cheville et les anneaux puissent, à un moment donné, avoir été des amulettes.

La pratique de porter des amulettes semble avoir son origine dans les croyances et les pratiques animistiques, qui attribuent du pouvoir et de l'influence au monde des esprits.

 Anklet (le mot anglais pour bracelet de cheville) est un mot pour chaînes de pieds.

Le sens en est un d'esclavage ou de soumission. Ésaïe 3:18 se réfère à eux en les appelant des ornements tintant de pieds. Ils étaient d'usage  commun partout en Palestine et plusieurs ont été retrouvés.

 

Le serviteur d'Abraham a donné un anneau à Rébecca, quand il est allé la chercher comme femme pour Isaac (Genèse 24:22). Cependant, au verset 47, il semble que c'était, en fait, un bijou placé sur son visage. Nous pouvons donc dire que les patriarches toléraient l'utilisation d'un bijou sur le visage.

 

De Genèse 35:4, nous voyons que le port des boucles d'oreilles était commun et qu'il faisait partie de l'adoration des dieux étrangers. Elles ont été remises à Jacob et il les a cachées en les enterrant sous le chêne à Sichem. Il semble que les boucles d'oreilles étaient des symboles des anciennes pratiques polythéistes, qui dérivaient de l'Animisme original de la Chaldée et spécifiquement de Babylone.

 

La Bible utilise le terme ANNEAU (hébreu nezem) suivi par le terme dans les oreilles pour les boucles d'oreilles, dans Genèse 35:4 et Exode 32:2-3. Parmi les Hébreux, la pratique de porter des amulettes a été supprimée. Par conséquent, elles n'étaient plus affichées ouvertement, comme sur les oreilles et le nez. Les superstitieux les portaient sous les vêtements pour les cacher de la vue publique.

 

Moïse a détruit le veau et dispersé son or. Il semble avoir achevé l'élimination de cette forme d'amulette en recueillant les décorations et en les fondant pour construire le Tabernacle (voir Exode 35:22). Cependant, l'or utilisé pour le veau n'a pas été utilisé pour le Tabernacle.

 

Le livre de Judith montre qu'elle a porté des boucles d'oreilles (Judith 10:4), de l'utilisation du mot grec 'enõtia.


 

LES ANNEAUX DE NEZ semblent avoir été pour protéger le nez de l'entrée des esprits. D'après le contexte du terme original dans Ecclésiaste 10:11, l'original lehashim peut avoir été des charmes en forme de serpents. Ésaïe mentionne le Saharon ou petite lune ou croissant. Ces bandes en forme de croissant sont toujours portées autour du cou des chameaux aujourd'hui et dérivent de l'association avec le dieu de la lune.


 

LES OREILLES étaient vues comme les portes d'entrée et de sortie des esprits (Frazer, The Golden Bough, Vol. III, p. 31) et aussi comme le siège de l'intelligence. Elles étaient donc protégées au moyen d'amulettes en forme d'anneau avec des motifs de serpents ou de lunes. Le sang tiré de l'oreille par le percement peut avoir été utilisé comme une pénitence rituelle avant de placer l'amulette. Le port des bijoux semble généralement être provenu de la même pratique que celle des boucles d'oreilles - comme des amulettes contre les esprits.


 

Actuellement, le port d'une boucle d'oreille simple est relié à la disponibilité en relation avec la perversion de l'homosexualité.


 

La différentiation entre les hommes et les femmes qui portaient des boucles d'oreilles semble s'être faite très tôt dans l'histoire. Frazer se réfère à la pratique de porter un bracelet de femme et des boucles d'oreilles par un homme qui avait été piqué par un scorpion, comme une sorte de talisman de guérison.


 

La Bible interdit le PORT DE VÊTEMENTS DE SEXE OPPOSÉ. Elle définit la pratique comme une abomination qui peut bien provenir de la suppression des pratiques animistiques. La pratique de porter des boucles d'oreilles semble certainement provenir d'elles.


 

La première condamnation DES COSMÉTIQUES, comme ornement du visage, est associée à Jézabel où elle a orné ses yeux et ses paupières (2Rois 9:30). C'est parce que Jézabel était une notoriété dans l'adoration de Baal. Jérémie utilise le concept qu'Israël est une femme adultère; l'utilisation du maquillage pour les yeux et du fard pour le visage est trouvée dans ce contexte (Jérémie 4:30). Le même concept apparaît dans Ézéchiel 23:40, où l'idolâtrie et le libertinage d'Israël sont condamnés. La faute semble avoir été dans la présentation et dans l'attitude derrière le fait.


 

Il pourrait être argumenté que c'est le processus adopté par une femme adultère, mais les femmes qui utilisent le maquillage ne le font pas toutes dans ce contexte.


 

LES HUILES ET LES PARFUMS étaient permis dans l'ancien Israël. Cependant, les compositions spéciales utilisées dans le Tabernacle ne devaient pas l'être pour des buts quotidiens (Voir Exode 30:22-38). Les fils des sacrificateurs faisaient ces saints onguents et parfums (1Chroniques 9:30).


 

L'utilisation D'ONGUENTS, D'ÉPICES ET DE PANSEMENTS était commune. Avant la captivité, Ézéchias avait un dépôt de ces onguents et épices précieux pour l'utilisation générale dans sa trésorerie (2Rois 20:13; Ésaïe 39:2). Proverbes 27:9 dit que l'onguent et les épices réjouissent le coeur. Christ a eu un tel onguent versé sur lui à plus d'une occasion (Matthieu 26:7 et suiv.). La Bible n'a aucune injonction spécifique contre l'utilisation préventive des cosmétiques ou des huiles ou des épices dans la vie quotidienne des gens (Eccl. 9:8).


 

L'utilisation de CHARMES ET D'AMULETTES est interdite; elle est associée à l'idolâtrie. De cette façon, les articles décoratifs de vêtements sont limités et les amulettes ou les ornementations semblables sont interdites. L'attitude dans l'habillement est un appel à un vêtement sobre et modeste, décoré par de bonnes actions.


 

Dieu déclare qu'Il a orné Sa Jérusalem choisie et, symboliquement, tous les élus (Ézéchiel 16:8-22). Pourtant, Jérusalem s'est détournée de Dieu; elle est devenue apostate. Ils sont tombés plus bas que Samarie et Sodome avant eux.


 

Cependant, Dieu restaurera tous ces systèmes sous Sa nouvelle alliance (Ézéchiel 16:55-63).


 

Nous avons pour tâche de nous rappeler les ornements spirituels que Dieu nous a donnés et de ne pas être concernés par la substance physique ou matérielle, comme l'est ce monde.

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

 

Publié dans TATOUAGES PIERCINGS

Commenter cet article