SECHERESSE

Publié le par DP

Sur le chemin de la victoire

 par David Wilkerson

 


                                                                                   

undefined



Il y a une expérience qui est commune à tous les disciples de Jésus. Il s’agit de cette dépression spirituelle que l’on traverse après avoir vécu bénédictions et victoires aux sommets. Ces expériences sont des « saisons de sécheresse ». 
 

 

Elles s’assimilent à des plongées dans les abîmes spirituelles, une noyade dans un océan d’épreuves bien que l’on vienne de vivre des moments forts avec Dieu. 

 

Mon père, mon grand-père ainsi que mon arrière-grand-père étaient tous des prédicateurs et affirmaient avoir vécu ce type d’expérience au cours de leur vie. Les missionnaires et évangélistes qui nous rendaient visite témoignaient également de la même chose. Je me souviens de leurs avertissements: 


« Prépare-toi. Après une grande victoire, l’ennemi est toujours aux aguets pour essayer de te rabattre. Il ne cherche qu’à dérober la bénédiction que tu viens de recevoir, à briser ta foi en Dieu. »
   





undefined  

 Ces saisons de sécheresse affligent hommes et femmes de Dieu à travers la Bible. C’est une expérience courante, en particulier chez ceux qui ont une relation très intime avec le Seigneur. 

 


 

Prenons l’exemple d’Elie

Ce prophète plein d’assurance avait fait preuve d’une foi extraordinaire tout au long de sa vie. En une seule journée, Dieu manifesta son pouvoir à travers Elie de manière spectaculaire. Au Mont Carmel, le prophète fit tomber du feu du ciel qui consomma son holocauste alors qu’il l’avait fait tremper dans l’eau de douze cruches. Elie élimina ensuite 400 des prophètes de Baal. Quand tout le peuple vit cela, ils tombèrent face contre terre en adoration.

Nous avons le témoignage d’autres exploits réalisés par Elie. Il pria pour que la pluie tombe et mette fin à une sécheresse, et il courut également au devant du char du roi Achab sur plusieurs kilomètres.

Quelle glorieuse manifestation du pouvoir de Dieu! Ces exemples montrent les incroyables victoires et réponses aux prières d’un homme de Dieu. Elie était investi d’une force supernaturelle, le pouvoir même du Saint-Esprit. Il était rempli de zèle et de foi, comme s’il marchait dans les hautes sphères spirituelles. 

Et ensuite? Qu’est-il arrivé à Elie? C’est à l’heure où bénédictions et révélations se multipliaient dans sa vie que le grand prophète plongea dans le désespoir. Pour quelle raison? La femme d’Achab, la reine Jézabel, menaçait de le tuer. En un instant, Elie dégringola de la montagne nommée victoire pour se retrouver dans la vallée du désespoir. Il se vit envahi par une sécheresse et son esprit était tellement abattu qu’il voulut mourir. 

Dans sa peur, Elie finit par fuir Dieu. Il ne parvenait pas à se débarrasser de ce sentiment de désespoir alors il préféra se tapir dans un cave et se lamenta : «Seigneur, j’ai failli à ma mission. Quel est le but de ma vie ? » Il était en train de vivre un temps de sécheresse.

  Prenons l’exemple d’Israël face à la mer Rouge

Il s’agit de l’une des manifestations de Dieu les plus puissantes de l’histoire du monde. Aucun événement dans l’histoire de l’humanité ne se compare à cette illustration de la gloire de Dieu. Imaginez-vous deux murs d’eau géants s’érigeant à vue d’oeil pour diviser la mer en deux. C’est un des miracles les plus invraisemblables qu’un être humain puisse contempler. 

Les Israélites ont effectué leur traversée vers l’autre rivage à sec. Une fois arrivés sains et saufs, ils se retournèrent pour voir leurs oppresseurs égyptiens se faire écraser sous le fracas des tours d’eau. Dieu avait amené son peuple à la victoire de façon miraculeuse, et maintenant ils pouvaient danser de joie et s’exclamer en louanges. 

Alors? Quelle fut la suite pour Israël? Trois jours après leur incroyable victoire, ils se sont retrouvés complètement découragés. Ils étaient assoiffés dans le désert et arrivés à Mara où Dieu les avait conduits, ils n’y ont trouvé qu’une eau amère.  Alors que les Israélites recrachaient l’eau qu’ils buvaient, leur foi était ébranlée. En l’espace de trois jours, ils sont passés de l’extase de la victoire la plus incroyable aux gouffres du désespoir le plus profond – une saison sèche. 

 Que se passait-il? A la mer Rouge et aux eaux de Mara, Dieu mettait son peuple à l’épreuve : « ce fut là qu'il le mit à l'épreuve» (Exode 15 :25). En d’autres termes, Dieu était avec Son peuple lors de son extase spirituelle et Il était tout autant avec lui dans son découragement.

  Prenons David

Dieu avait dit à cet homme : « Ta maison et ton règne seront pour toujours assurés » « Ton trône sera pour toujours affermi » (2 Samuel 7:16).

Quand le Seigneur déclara cette parole à son serviteur, Il faisait référence à la postérité de David, à sad escendance. Bien sûr, Dieu parlait également du Messie qui devait venir. Aucun homme ne pouvait être plus béni que David par cette promesse. Apres cette inroyable révélation, David était passé d’extase en extase. Les écritures répètent ces mots tout au long de la vie de David : « Et après cela, David… », décrivant victoire sur victoire, bénédiction sur bénédiction. Avec une merveilleuse onction, David réprima ses ennemis, les uns après les autres, il reconquit les frontières d’Israël et raffermit le royaume. Il était béni de tous côtés et une fois, alors qu’il rendait grâce à Dieu dans le temple, il demanda au Seigneur: “Qui suis-je pour que je sois aussi béni par Ta main? »

 Que s’est-il passé par la suite dans la vie de ce grand serviteur de Dieu ? C’était à l’apogée de cette période de victoires et bénédictions, alors que David était proche du cœur de Dieu, l’entendait clairement parler, portait des fruits, voyait d’incroyables promesses se réaliser, c’est à ce moment-là qu’il tomba dans les griffes de la tentation.

C’est après ceci que David vécut la sécheresse la plus vicieuse. Nous avons lu sa confession qui décrit l’aridité spirituelle qui a suivit sa chute. David s’était écrié : « mon âme est abattue, mes os me font mal, ma joie n’est plus. J’étais tellement béni mais je me sens à présent seul et accablé. Je ne comprends pas. Oh, Dieu, où es-tu?

  Prenons Daniel

Cet homme prit la ferme décision de chercher la face de Dieu et cela par l’intercession, le jeûne et l’étude des écritures. Daniel était tellement rempli de l’esprit de Dieu qu’il reçut d’incroyables visions du ciel. Et à travers ces révélations, Daniel délivra de puissantes prophéties.Quelle fut la suite pour cet homme de Dieu? Daniel se fit persécuter, a été mis en prison et jeté dans la fosse aux lions. Daniel témoigna qu’il était si bouleversé qu’il «perdit toute vigueur» (Daniel 10 :8). Lui aussi a fait face à une saison de sécheresse. 

  Prenons l’apôtre Paul

Paul fut enlevé jusqu’à ce qu’il appelle « le troisième ciel », un lieu où il fut témoin d’instants de gloire inexprimables. Il lui fut donné des révélations qu’aucun homme ou femme n’avait connu jusque là. En d’autres termes, Paul était entré dans une sphère où il lui fut permis d’entrevoir un soupçon de la Gloire de Dieu.

Quelle fut la suite pour Paul ? A sa descente de cette sphère céleste, il fut confronté à « un ange de Satan », qui le souffleta. Paul explique qu’il était gêné à cette époque-là par une écharde dans la chair. En effet, Paul entra immédiatement dans une saison de bataille spirituelle. Ses écrits nous montrent qu’il avait été emprisonné, abandonné par ses amis proches, qu’il avait vécu une épreuve après l’autre. Paul connaissait bien ces saisons sèches.

  Prenons Jésus

A peine sorti des eaux du baptême dans le Jourdan, le Saint-Esprit descendit sur lui sous la forme d’une colombe. Et une voix gronda du ciel qui affirma son statut de “Fils“.

Quelle fut la suite pour Jésus? Il fut immédiatement mené dans le désert où il n’y avait ni nourriture ni eau. Jésus y fut mis à l’épreuve de tous côtés par Satan. Comme beaucoup, Christ était passé des révélations aux épreuves, d’un état d’intimité avec Son Père à un véritable désert.          

 




 Laissez-moi vous parler d’une expérience personnelle.
 



 En 1974, je suis intervenu à une convention à Dallas où j’ai traité des « souffrances de Christ. » En plein milieu de mon message, le Saint-Esprit est descendu sur moi et je me suis mis à exalter le Seigneur. J’ai élevé mes mains vers le ciel, je me suis mis à ne prononcer que ces trois mots : 


« Gloire, honneur, louange ».
  


En un instant, j’étais submergé par une rivière de louanges vers le Seigneur. J’étais ravi par l’esprit, comme si l’on m’avait extrait de l’auditorium. D’un seul coup, mes louanges se sont jointes à celles des anges et des êtres célestes. C’était comme la chorale des cieux et moi ne faisaient qu’un.

Je me suis effondré sur le podium alors que l’audience demeurait assise en silence. Il y avait de la lumière autour de moi qui devenait de plus en plus intense. Il me semblait être dans une sorte d’atmosphère céleste. A cet instant-là, je ne désirais rien d’autre que la présence de Jésus. Je n’avais aucune envie de rencontrer Moise ou Abraham ou encore de revoir un être cher décédé précédemment. Même la question de savoir si l’on se reconnaîtrait les uns les autres aux cieux ne se prêtait pas aux circonstances. Aucune de ces choses n’était importante. La Gloire de la présence de Dieu était enivrante. Je réalisai que ce que ma connaissance de la Gloire de Christ était infinitésimale.
 

 Je savais que ce que je vivais n’était pas le fruit de ma sainteté. Au contraire, j’avais souvent manqué à mon devoir devant le Seigneur. Le fait est que j’étais dans un état de hautes louanges pour Lui. Je me rends compte à présent que c’était la manière que Dieu a choisi pour répondre au cri de mon âme, à ma faim de Lui, à mes prières pour une plus profonde révélation de Christ. J’étais en train de recevoir une vision de la façon dont nos louanges sur terre se mélangent aux louanges des cieux.     

 Je me suis finalement réveillé de mon expérience et me suis assis. Mon épouse, Gwen, qui était sur le podium avec moi, était soulagée. J’ai mis du temps à me remettre à parler.     

A la suite de cette expérience, je me suis dit: 

 


« J’ai eu une vision de Sa gloire ! C’est la révélation la plus extraordinaire de ma vie. Ma chair est vaincue. Je ne descendrai plus jamais dans la vallée du désespoir. A partir d’aujourd’hui, je prierai comme Elie. La chair ne me tiendra pas captif. J’obtiendrai révélation après révélation. Je sais que je ne perdrai jamais ce rayonnement »



Moins d’une semaine après mon vécu, j’entrai dans la période la plus aride de ma vie. Au cours des six semaines suivantes, il m’a semblé plonger des sphères célestes à un trou noir terrifiant. 


Une croissance fulgurante était pour moi la suite logique de mon expérience.


 J’étais persuadé que ma soif de vérité augmenterait et que la joie et la paix ne cesseraient de se répandre en moi. Au lieu de cela, les cieux semblaient s’être fermés sur moi.

Dieu ne se cachait pas de moi, parce qu’Il promet qu’Il ne nous délaisserait point et qu’Il ne nous abandonnerait point.   

 Un pasteur me dit une fois que ma saison de sécheresse était une façon pour Dieu de me montrer que les expériences émotionnelles n’ont aucune valeur. Je savais cependant que cela ne me concernait pas. Personne ne pouvait m’ôter cette profonde expérience de hautes louanges que le Seigneur m’avait donné.     

 Au fil du temps, je devenais persuadé que je vivais une expérience que je partageais avec d’autres fidèles : 


une sécheresse spirituelle et une épreuve suite à une révélation fraîche.
   
 

Je pense à T. Austin-Sparks, un prédicateur anglais très pieux et l’un de mes écrivains favoris, qui est à présent avec le Seigneur. Ceux qui ont lu les révélations d’Austin-Sparks ont vendu leurs maisons et ont déménagé à Londres juste pour pouvoir apprendre sous son enseignement. Il était un tel homme de Dieu que même Watchman Nee s’était formé sous sa tutelle.   

 Une Américaine qui avait également étudié sous Austin-Sparks avait écrit les confessions de celui-ci auprès de ses étudiants concernant ses saisons de sécheresse. 



Il disait que chaque révélation reçue au cours de sa vie était suivie par une attaque satanique sur son corps



Il souffrait de terribles gastrites, de douleurs d’estomac, de nuits d’insomnie, et traversait des moments de solitude extrêmes. 



Bref, cet homme payait le prix de chaque nouvelle révélation reçue pour la gloire de Christ.


Dans son oeuvre Son Grand Amour Austin-Sparks décrit ce sujet. Il dit (je paraphrase) : « Une fois que d’incroyables vérités nous ont été révélées, c’est une chose douloureuse que de se rendre compte que nous n’avons pas atteint le sommet… 



« Pour pouvoir accéder à des vérités plus profondes, à de nouvelles révélations, il faut quelque chose nous arrive. Nous traversons des expériences de mort, de désolation, de vide, de désespoir avant d’aller plus loin et plus profondément dans la révélation divine. On pense avoir atteint une connaissance complète des pensées de Dieu. On pense réellement mûrir et avoir tout discerné. Et d’un seul coup, tout semble s’évaporer…


« A travers mon expérience, j’ai appris que c’est cette succession de désolation et de solitude à la suite d’extraordinaires révélations qui permet que l’on soit propulsé de ces sécheresses vers des révélations encore plus profondes. C’est par là que notre champ de vision est élargi… »     

 J’ai eu le privilège de côtoyer de grands hommes de Dieu au cours de mon ministère, des hommes tel Leonard Ravenhill qui est l’auteur de Pour Quand le Réveil. De temps à autres, ces hommes me faisaient part de leurs traversées de ces saisons sèches. Au fond de moi et dans le zèle de ma jeunesse, je me distançais de cela : « Ce n’est pas possible. Cet homme est un géant de la foi. Seigneur, où a-t-il pu échoué pour qu’il soit tombé dans un tel désert ? »   
  
  


Je n’avais pas compris la profondeur incroyable du travail que l’Esprit effectue sur une terre qui est sèche.


Prenons l’exemple de l’apôtre Pierre

Jésus venait à peine d’être crucifié et enterré quand Pierre et les disciples décidèrent de se réunir. Ils se retrouvèrent à l’abri d’une porte close, craignant le pire pour leur vie quand ils entendirent ces paroles réjouissantes: « Il est vivant! » 

 Soudainement, Jésus passa à travers la porte dans son corps ressuscité. Il leur dit: « N’ayez crainte. C’est moi, votre Seigneur.» 

 Maintenant, dites-moi: si vous aviez été présent dans la pièce ce jour là, n’êtes vous pas d’accord que cela aurait été la vision la plus incroyable dont vous auriez été témoin ? Pensez-y : vous voyez de vos propres yeux le Christ ressuscité peu de temps avant son ascension au trône céleste. Il vous est permis de le toucher, de l’embrasser, de vous assoire pour manger avec Lui.  

 Avant Son départ, Jésus vous instruit de faire de toutes les nations des disciples, les baptisant, de chasser les démons et guérir les malades. Et Il vous promet que Sa présence ne vous quittera jamais : « Je serai avec vous jusqu’aux extrémités de la terre ». 

Je vous assure que n’importe quel croyant dans la pièce considérerait ce moment-là comme la plus grande révélation, le plus glorieux instant qui puisse être vécu sur terre. On sortirait de cette pièce avec les pensées suivantes :  

 « Je vais avoir un ministère miraculeux. Jésus me l’a dit. Il va m’utiliser comme jamais je ne l’aurais imaginé. »  

 Soyons honnêtes: cette expérience ne contribuerait-elle pas à ériger en vous un réservoir de foi? Ne seriez-vous pas convaincu que vous ne serez plus jamais sujet au doute ? 

Et pourtant, que c’est-il passé juste après ces euphories spirituelles ? « Simon Pierre leur dit: Je vais pêcher » (Jean 21 :3). Six des disciples suivirent Pierre vers le lac, retournant par la- même à leur vie de pêcheurs. Pourquoi ? Qu’est-il advenu du grand ministère auquel Jésus les avait appelés? 

Ces hommes avaient sombré dans une profonde tristesse. Jésus les avait prévenu de cela : « Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus…vous serez dans la tristesse » (16 :19-20).  

Christ savait que ces disciples dévoués allaient vivrent une période très difficile. Ils allaient être bouleversés par Son absence physique. Il n’y aurait plus de communion face-à-face avec Lui. Bien qu’Il leur avait promis qu’Il serait avec eux, il semblait qu’Il les quittait pour qu’ils s’en sortent par eux-mêmes.      

Austin-Sparks écrit, « Par moments, le Seigneur nous fait croire que nous sommes laissés seuls, comme s’Il fermait les cieux sur nous et qu’il n’y avait aucune communication possible. Tout ce que nous recherchions, tout ce à quoi nous nous attendions semble avoir touché à sa fin ou s’être écroulé. On aurait dit que tout était tombé en ruines. » (ma paraphrase).

 

Avez-vous vécu de telles saisons de sécheresse ?


 J’ai donné pour exemple les euphories et dépressions connues par des personnages importants de la Bible. J’ai décrit l’une de mes propres experiences et celles de T. Austin-Sparks.
 

A moi de vous demander : quelle a été votre expérience de ces saisons de dépression à la suite de victoires spirituelles?
     


 


Je vous rappelle que ces saisons de sécheresses, ces périodes de dépression spirituelle, sont connues essentiellement par ceux que Dieu a l’intention d’utiliser. 




En effet, ces temps difficiles sont communs à tous ceux que Dieu entraîne à aller plus loin et plus en profondeur dans Ses voies.
 


 En revenant sur vos expériences de sécheresse passées, posez-vous la question : ces périodes ont-elles suivi un renouveau de l’Esprit dans votre vie? Peut-être que vous veniez de vivre un réveil. Vous vous êtes remis à prier avec ferveur, demandant au Seigneur : 

« Touche-moi, Jésus. Je me sens indifférent. Je sais que mon service à Ton égard ne progresse pas comme il le devrait. J’ai faim de plus de Toi, plus que je n’aie jamais vécu. Et je veux plus de zèle pour Tes œuvres: prier pour les malades, sauver ceux qui sont perdus, apporter l’espoir à ceux qui n’en ont pas. Renouvelle-moi, Seigneur. Je veux être utilisé pour Ton royaume de manière plus intense. »
 


Vos prières commencèrent à être exaucées parce que vous êtes devenu sérieux avec Dieu. Vous commenciez à entendre la voix de Dieu distinctement. Votre intimité avec Lui était merveilleuse, votre zèle s’accroissait et vous Le sentiez agir dans votre vie de manière très claire.


Puis un jour, vous vous êtes réveillé et les cieux étaient de marbre. Vous vous sentiez déprimé sans savoir pourquoi. La prière est une agonie, la voix de Dieu est inaudible. Vos sentiments sont sans vie, votre esprit est asséché et vide. Depuis cet instant, vous ne pouvez vivre que par la foi.
          

 


Bien-aimé, ne paniquez pas! Et ne culpabilisez pas!

 
Je connais très bien ces plongeons du sommet de la montagne au plus profond des abîmes. Pierre en parle spécifiquement en nous recommandant de ne pas penser qu’il nous arrive une chose d’étrange : 


« ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ » (1 Pierre 4:12–13).


 Je prie que le Saint-Esprit nous aide à comprendre pourquoi Dieu permette que nous traversions ces marées basses. Le Seigneur nous laisse traverser ces périodes de sécheresse parce qu’Il cherche à changer quelque chose dans nos vies. Je me suis réveillé un jour à une saison de sécheresse, après avoir eu cette expérience incroyable à Dallas, et je me suis plongé dans une phase d’introspection. J’ai essayé de retracer mon chemin pour esayer de comprendre où j’avais bien pu dérailler. J’ai examiné mon cœur, j’ai fini par m’accuser d’avoir la tête dure et d’être incapable de « saisir » les choses profondes de Dieu. 




J’ai récemment mis la main sur quelques notes que j’avais prises lors de cette sécheresse.
   
   

 Voici ce que j’écrivais en 1979 : « Est-ce que cette période aride que je traverse est le résultat d’une trop grande dépendance sur mes sentiments ? Est-ce le fruit d’une soumission insuffisante? Est-ce que le Seigneur est en colère contre moi ?... Je sais qu’il s’agit de quelque chose de plus qu’un simple « coup de blues ». Je ne doute jamais de Son amour pour moi. Mais pourquoi ai-je le sentiment de ne pas entendre Sa voix ?... Quelque part en moi, Seigneur, je suis convaincu que Tu me sortiras de cette sécheresse. Je sais que Tu honoreras les promesses que Tu m’as données. Tu transformeras ma sècheresse en une rivière d’amour. »

 


Ce qui est vrai, c’est que si vous vous trouvez sur une terre sèche, des miracles plus grands vous attendent au tournant. 


Dieu insiste pour que notre traversée de la mer Rouge se fasse à sec. Il dit à Israël, (Vous) entrerez au milieu de la mer à sec. (Exode 14:16). Ce qui est incroyable, c’est que Dieu utilise cette phrase à quatre reprises.  

 Nous retrouvons cette même expression quand Israël est au point d’entrer dans Canaan. 

 Ils ont traversé le Jourdan à sec sur le chemin de la Terre Promise. 

 
Ce terrain sec est tout simplement un chemin. 

secheresse.jpg

 

 Si vous vous trouvez dessus, c’est que vous allez quelque part. 
      

 Vous n’êtes pas en train de perdre du terrain ou de régresser, mais ce terrain sec est dans le plan, dans le travail de Dieu pour votre vie pour qu’Il puisse exercer Ses miracles. Vous avancez vers une révélation, une nouvelle victoire en Christ, vers quelque chose de plus grand.    

 Les écritures le prouvent. Voyez-donc où Pharaon et son armée ont perdu la bataille: sur une terre sèche donnée par Dieu.

 
Cette terre sèche est exactement l’endroit sur lequel Satan vous poursuivra. 

 

 

undefined



Il veut vous attaquer dans votre plus grand moment de faiblesse. Et pourtant, c’est sur cette même terre sèche qu’Il dérobe les roues des chars des princes des ténèbres de Satan:
        

 « Les eaux revinrent, et couvrirent les chars, les cavaliers et toute l'armée de Pharaon, qui étaient entrés dans la mer après les enfants d'Israël; et il n'en échappa pas un seul. » (Exode 14:28).  
      

 En gros, l’ennemi était déconfit sur une terre sèche.  

 Dieu nous dit en clair : «Je veux que tu apprennes à avancer par la foi – non pas sous la direction d’une vision ou d’une voix, mais quand tu es en plein dans une saison de sécheresse. Je veux que tu sois persuadé que quand tu n’entends pas ma voix, ou quand tu ne vois pas devant toi, quand tu es en terrain sec, je te dirige néanmoins.»


 Par ailleurs, le Seigneur promet que de nos terres arides surgira une nouvelle vie. Il changera notre terre sèche en courants d’eau fraîche:


                              

oasis.jpg





«Les malheureux et les indigents cherchent de l'eau, et il n'y en a point; Leur langue est desséchée par la soif. Moi, l'Éternel, je les exaucerai; Moi, le Dieu d'Israël, je ne les abandonnerai pas. Je ferai jaillir des fleuves sur les collines, Et des sources au milieu des vallées; Je changerai le désert en étang, Et la terre aride en courants d'eau; Je mettrai dans le désert le cèdre, l'acacia, Le myrte et l'olivier; Je mettrai dans les lieux stériles Le cyprès, l'orme et le buis, tous ensemble; Afin qu'ils voient, qu'ils sachent, Qu'ils observent et considèrent Que la main de l'Éternel a fait ces choses, Que le Saint d'Israël en est l'auteur » (Esaie 41:17–20).




Cher Saint, êtes-vous dans une sécheresse? 


undefined



Dieu vous dit : 



 « Bientôt tu verras la moisson. 


Là où tu ne voyais qu’une terre aride, une nouvelle 

vie surgira de sous tes pieds. 


C’est moi qui l’ai créée!  


Ne bouge pas, 
et observe ce que je ferai pour toi 

dans la sécheresse.»

 

World Challenge, Inc.

 

 

Publié dans ARTICLES D. WILKERSON

Commenter cet article