La foi qui s’empare des promesses divines D.P.

Publié le par DP

 

canaan_dog_1.jpg

 

Il arrivait qu’à la naissance des enfants hébreux, on leur attribue des noms d'animaux.  Caleb signifie « chien ». On peut se demander pourquoi la mère lui donna ce prénom.  Est-ce à cause de la fidélité et du dévouement du chien ? Il semble qu’en Israël existait une race de chien très recherché, « le canaan », qui s’adaptait très bien aux rudes conditions du désert et aux  températures extrêmes. C’étaient de très bons gardiens et chiens de bergers, robustes, rapides, avec une vue très perçante.

 

Ou ce nom  pouvait-il être lié à une naissance illégitime, synonyme de rejet ?


Les chiens étaient en effet considérés comme des animaux impurs. On rapprochait le prix d’un chien au salaire d’une prostituée. Le terme « chien » était aussi fréquemment utilisé comme un mépris face à un adversaire (2 Rois 8.13 ; 2 sam 3.8).

 

Toutefois, Caleb sera honoré par Dieu à cause de sa foi, son courage, sa persévérance, son zèle, son obéissance à la parole de Dieu. A l’âge de 40 ans, il se montra un homme fidèle, digne de confiance au  milieu d’une nation infidèle à une époque critique pour le peuple d’Israël à Kadés-Barnéa. Dieu fit alliance avec lui à cause de sa foi :

 

«  Si aucun de ces hommes, de cette génération méchante, voit ce bon pays que j’ai juré de donner à vos pères !… excepté Caleb, fils de Jephunné, lui, le verra, et je lui donnerai, et à ses fils, le pays où il a marché, parce qu’il a pleinement suivi l’Eternel.». Deut 1.35

 

La même foi qui anima David devant Goliath, anima Caleb et Josué après l’exploration du pays de Canaan. Des 13 hommes choisis pour espionner le pays, seulement 2 étaient animés d’un autre esprit celui de la foi. On ne peut s’empêcher de penser au Seigneur Jésus, le divin David et aux 12 apôtres, Josué étant pour certains interprètes, un type de Christ.

 

110_06_0266_BiblePaintings.jpg

 

 «Nous y avons vu les géants, fils d’Anak ... ; et nous étions à nos yeux comme des sauterelles, et nous étions de même à leurs yeux» (Nomb. 13: 34).

 

La vision des enfants d’Israël était rétrécie, limitée. En communion avec Dieu, ils auraient posé sur les habitants de Canaan le même regard que celui de Josué et de Caleb.

 

 « Montons et emparons nous du pays, nous y serons vainqueurs » s’écrie Caleb (Nombres 13.30)

 

« Ils nous serviront de pâture, ils n’ont plus d’ombrage pour les couvrir » (Nombres 14.9)

 

Ne sois pas parmi les incrédules, race perverse  et corrompue

Mais sois de ceux, qui relève les défis avec Dieu au nom de Jésus Christ, le Chef de l’Armée de L’Eternel.

Ne crains point de prendre position pour Dieu, de te détacher de la masse incrédule.

Avec  l’Eternel Dieu ne ferais-tu pas des exploits ?

Si l’Eternel est pour toi, qui sera contre toi ?

Soldat de Christ, ne te laisse pas décourager par les « on dit »,

par les circonstances, par les paroles des hommes, par leur incrédulité

Mais avance en pleine eau, cours dans la carrière les yeux fixés sur ton guide…

Prends tes armes, marche sur la promesse que ton Sauveur t’a faîte,

Repasse-la dans ton cœur, imprègne-toi d’elle

Et brandis-la par la foi comme une épée flamboyante

Par la foi, ce Goliath si menaçant soit-il qui s’avance vers toi sera terrassé,

Cette montagne de difficultés sera aplanie,

Cette forteresse sera  renversée

Car celui qui est en toi est plus grand que celui qui est dans le monde…Réjouis toi de la victoire que ton Dieu te donne et tu le glorifieras…

 

jerusalem-120.jpg

 A cause de l’incrédulité du peuple, Caleb et Josué ont tourné en rond dans le désert jusqu’à ce que la génération incrédule y meure : 40 ans de pérégrinations.

 

Parfois, il faut accepter de retourner dans le désert à cause du péché et de l’incrédulité des autres. Ils ont méprisé et déshonoré Dieu en le faisant menteur, lui le Dieu de Vérité. Ils ont craint la créature plutôt que celui qui par des prodiges et des miracles les avait délivré du joug du pharaon, ouvert la mer rouge. Ils tremblaient comme l’armée de Saül à la vue de Goliath. Ils se voyaient comme des sauterelles, des fourmis.  

 

Des circonstances, des hommes peuvent retarder l’accomplissement de la promesse mais le Seigneur dit :

 

Sois patient, même si elle tarde attend-la ; certainement elle s’accomplira.

 

En effet « le juste vivra par la foi mais s’il se retire, mon âme ne prend point plaisir en lui » dit l’Eternel.

 

 « L’éternel m’a fait vivre dit Caleb » (Josué 14.10).

 

Le jugement divin ne fut pas instantané mais  progressif. Et Caleb  a dû assister avec tristesse mais aussi crainte et tremblement à l’hécatombe dans le désert durant ses 40 années comme l’annonça Dieu dans sa colère. Il a dû verser d’abondantes larmes en voyant ses frères tomber dans le désert pour ne plus jamais se relever.

 

Que la maison de Dieu soit désertée, que le peuple de Dieu soit décimé, retranché, que mille tombe à ta gauche et mille à ta droite mais toi, persévère  dans ta marche, sois fidèle jusqu’à la mort et la couronne de vie sera ton gain.

 

 

La foi de cet homme fût éprouvée mais elle en sortit encore plus forte, plus précieuse que l’or éprouvé par le feu comme nous le verrons plus tard. Dieu ne fait acception de personne. Il honore celui qui l’honore. A 85 ans, il était aussi vigoureux qu’un chêne.

 

david.jpg

 

La foi du vieillard était aussi précieuse aux yeux de Dieu que celle du jeune David. Elle le rajeunit comme l'aigle :

 

 Et maintenant, voici, comme il l’a dit, l’Eternel m’a conservé en vie ces quarante-cinq ans, depuis que l’Eternel a dit cette parole à Moïse, lorsque Israël marchait dans le désert ; et maintenant, voici, moi je suis aujourd’hui âgé de quatre-vingt-cinq ans. Je suis encore aujourd’hui fort comme le jour où Moïse m’envoya ; telle que ma force était alors, telle ma force est maintenant, pour la guerre, et pour sortir et entrer. Et maintenant, donne moi cette montagne dont l’Eternel a parlé en ce jour-là ; car tu as entendu, en ce jour-là, que les Anakim y sont, et de grandes villes fortes ; peut-être que l’Eternel sera avec moi, et je les déposséderai, comme l’Éternel a dit.

josué 14.10

 

La notion de courage et de hardiesse accompagne la foi car la foi risque, la foi ose, elle est audacieuse et téméraire. Elle ne marche pas par la vue, ne considère pas les limites de la chair. Au contraire, la foi authentique provoque toujours de fortes réactions de la chair foncièrement incrédule. Elle ne reste d’ailleurs jamais indifférente face aux manifestations de la foi. Elle provoque des jalousies, des  moqueries, du mépris, de l’opposition.  

 

L’amour, moteur de la foi

 

La puissance de la foi authentique se révèle l’amour. Un amour complètement désintéressé.  On ne peut se glorifier d’avoir la foi, si nous ne faisons pas les œuvres de la foi et si, la manifestant, nous semons la tristesse, des angoisses, le désordre autour de nous. C’est un zèle amer ! La foi est à la recherche de la gloire de Dieu.

 

 Je pourrais avoir toute la foi nécessaire pour déplacer les montagnes, mais si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien. » 1 Co 13-1-8

 

 La foi et l’amour constituent à eux deux une alliance indestructible ; c’est un chant proclamant la délivrance, la victoire, la joie, la paix, …Caleb et Josué, deux hommes de foi ont vu le pays et y sont entrés alors que les chefs spirituels Moïse et Aaron furent enterrés avant parce qu’ils n’avaient pas sanctifié le nom de L’Eternel aux yeux des enfants d’Israël.

 

Dieu est fidèle et il sait garder notre dépôt :

 

24411099aigle1-jpg.jpg

 

Non, ne considère pas les années qui passent,

Le temps te paraissant si fugace,

Ton corps semblant vieillir,

Tes cheveux prêts à  blanchir…

Au temps favorable, tu sera exaucé

 

Ceins tes reins de force, avance,

foule les sentiers du désert,

Sur le chemin ouvert

Redresse ta tête car ta délivrance

est proche.

 

Dieu n’oublie pas ton travail et toute ta peine sous le soleil ;

Il pourvoira à tous tes besoins

Et changera ton épreuve en bénédiction,

Tes pleurs en chant d’allégresse

Tu seras comme un fruit mûr couleur vermeil,

Agréable distillant la bonne odeur de son Fils Jésus Christ

 

Voici, je fais toutes choses nouvelles :

Tous ceux qui te cherchaient querelles,

Tes yeux les chercheront mais ne les trouveront pas

Tu jouiras pleinement de ton héritage que nul ne te ravira,

Tu seras comme un olivier verdoyant plein de force dans la Maison de Dieu

car c’est lui qui te rajeunit comme l’aigle…

 

 

Publié dans ARTICLES DE D. P.

Commenter cet article