LE SANG ET SA VALEUR PROPHETIQUE SELON LA BIBLE

Publié le par Daniella

Paul GHENNASSIA


Jesus-Christs-Blood-in-Crown-of-Thorns.jpg

"Le principe vital de la chair est dans le sang et moi, je vous l'ai accordé (ou donné) sur l'autel pour procurer l'expiation à vos personnes, car c'est le sang qui fait expiation pour la personne". Lévitique 17 : 11

 

Nous savons tous l'importance du sang qui circule dans notre corps : cinq litres environ de ce précieux liquide coulent inlassablement dans nos artères, transportant les substances nutritives et l'oxygène, ravitaillant ainsi le corps tout entier. Déjà sur le plan physique, on peut dire que "le sang, c'est la vie" et si, pour une raison grave, le sang s'écoule abondamment hors du corps, alors c'est la mort à moins qu'on ne fasse rapidement une transfusion sanguine.

 

Sur le plan spirituel, il y a un parallélisme frappant car l'être humain étant d'essence divine, possède un esprit, une âme et un corps. Toute la Bible montre comment le sang va devenir base de sauvetage et de libération. Ainsi le passage biblique ci-dessus, prononcé par Dieu, prend tout son sens.

 

L'Eternel Elohim veut Lui-même intervenir pour sauver l'homme dans lequel le péché a provoqué une hémorragie qui le conduit à la mort puisque "le salaire du péché c'est la mort".

 

Le Tout-Puissant ordonne alors momentanément les sacrifices sanglants d'animaux en attendant le "sacrifice par excellence", ce que nous allons expliquer. Bible en main.

 

La Bible, Parole de Dieu, nous raconte la chute de nos ancêtres Adam et Eve. A peine créés, ils sont tombés dans le péché qui est rébellion et désobéissance à la volonté de Dieu. C'est là que l'hémorragie du genre humain a commencé... alors qu'ils avaient la possibilité de vivre sans connaître la mort ; la terrible blessure du péché a provoqué ce que toute la Bible déclare : "le salaire du péché c'est la mort".

 

Pour arrêter cette hémorragie fatale, le Seigneur a préparé un peuple (Israël) qui sera l'élément par lequel le Messie ("le médecin divin") viendrait pour sauver l'être humain en danger de mort.

Isaïe, le prophète, avait annoncé cela :

 

"II viendra lui-même et vous sauvera". (Isaïe 35:4).

 

 

"YOM KIPPOUR", le "JOUR DU GRAND PARDON"

 

En attendant cette venue, il fallait donner à Israël les moyens de couvrir (kipper = kapara) les péchés et c'est la raison des multiples sacrifices dont la Bible parle.

 

Ces sacrifices d'animaux qui "couvraient" momentanément les péchés n'étaient pas suffisants, puisqu'il fallait recommencer chaque année, ce qui confirme l'Ecriture :


"Car les mêmes sacrifices offerts perpétuellement chaque année ne pouvaient jamais amener les assistants à la perfection". (Hébreux 10 : 1).


Le "YOM KIPPOUR" était particulièrement le jour où, sur la base du sang, les péchés étaient pardonnés. Car, dit la Bible :


"Sans effusion de sang il n'y a pas de pardon" (Hébreux 9: 22 et Lévitique 17: 11).

 

En attendant la venue du MASHIAH (Messie), le "Réparateur des brèches" du péché, toute l'Ecriture inspirée mettra l'accent sur le sang valeur substitutive : la mort d'un animal à la place de l'homme pécheur afin que, par ce sang, il puisse être pardonné. C'est pourquoi dans toute la Bible , les événements les plus importants prenaient un sens prophétique et messianique sur la base du sang.

 

Deux exemples intéressants :


Pour la sortie d'Egypte, le sang a été la protection d'Israël. Moïse obéissant au Seigneur a placé le sang d'un AGNEAU sur le linteau et les poteaux de chaque demeure juive, afin que le destructeur ne puisse frapper les maisons protégées par le sang (Exode 12 : 22 à 23).

 

Plus tard, au désert, l'Alliance de la loi sur le mont Sinaï était signée par le sang : "Moïse prit la moitié du sang qu'il mit dans des bassins et il répandit l'autre moitié sur l'autel. Il prit le livre de l'Alliance et le lut en présence du peuple... Moïse prit le sang et il le répandit sur le peuple en disant :

 

"Voici le sang de l'alliance que l'Etemel a faite avec vous selon toutes ces paroles" (Exode 24:6 à 8).

 

Revenons au "YOM KIPPOUR", le "JOUR DU GRAND PARDON".

 

La Bible nous dit que le Souverain Sacrificateur (Cohen Ha'Gadol) devait offrir ce jour-là des sacrifices pour le peuple comme pour lui-même, et qu'il devait porter le sang dans le "Lieu Très Saint" (ou le "Saint des Saints").

 

Le sang devait être répandu SUR et DEVANT le propitiatoire par sept aspersions (lire Lévitique 16 : 14 à 15), alors le pardon divin était accordé... Momentanément !

 

Ainsi, en offrant sur l'autel le sang des animaux, le Sacrificateur semblait dire : le peuple que je représente aurait dû mourir à cause de ses péchés, mais le sang que voici prouve que des victimes ont été offertes à sa place.

 

Ta loi est satisfaite : vie pour vie, sang pour sang !

 

Veuille donc pardonner selon ta promesse !

 

Dans le Temple de Jérusalem, chaque année, le Souverain Sacrificateur portait ainsi le sang pour le pardon de la nation. Mais depuis la destruction du Temple, pendant 20 siècles, le peuple d'Israël n'a plus eu :

 

NI TEMPLE, NI SACRIFICE, NI SANG, NI SOUVERAIN SACRIFICATEUR (ce qui avait été prédit par le prophète Osée ch. 3, verset 4).

 

Comment être pardonné s'il n'y a plus LE SANG ?

 

Certains ont remplacé les sacrifices ordonnés, en immolant une volaille pour chaque personne après l'avoir tournée au-dessus de la tête de celle-ci. Cela n'a aucune valeur puisque Dieu n' a jamais ordonné ce "produit de remplacement".

D'autres encore pensent qu'ils peuvent obtenir le pardon de leurs péchés par la prière, ce qui est absolument faux.

Le fait dramatique est que, depuis 20 siècles, notre YOM KIPPOUR le plus sincère n'a aucune valeur, puisqu'il manque l'essentiel : LE SANG !

 

Pourquoi Dieu a-t-Il permis la destruction du Temple, entraînant ainsi la fin des sacrifices ?

N'est-ce pas parce que Dieu a envoyé le meilleur de tous les sacrifices ?

Oui, c'est cela que les prophètes ont annoncé :

La venue du Messie est une "ALLIANCE NOUVELLE" sur la base du sang du Messie ("Mashiah").

 

UNE ALLIANCE NOUVELLE PAR LE SANG

 

Jérémie, le prophète qui avait annoncé la destruction du temple à cause des péchés d'Israël (lisez Jér. chapitre 7, versets 4 et 14 à 15), a aussi proclamé une Alliance Nouvelle (B'RITH HA'DASHA) en disant :

"Voici les jours viennent dit l'Eternel où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une Alliance Nouvelle, non comme l'alliance que de traitai avec leurs pères... alliance qu'ils ont violée bien que je sois leur maître, dit l'Etemel. Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël : après ces jours-là, dit l'Eternel : je mettrai ma loi au-dedans d'eux et je l'écrirai dans leur cœur et je serai leur Dieu et ils seront mon peuple... tous me connaîtront depuis le plus petit jusqu'au plus grand, car je pardonnerai leur iniquité et je ne me souviendrai plus de leurs péchés" (Jér. 31, versets 31 à 35).

Après l'Alliance Mosaïque, basée sur le sang comme nous l'avons lu au début. Dieu propose une Alliance Nouvelle où les péchés seront pardonnés, non plus par le sang des animaux, mais par le sang du Messie envoyé de Dieu, une émanation de sa "propre personne" pour accomplir cette promesse :

"Pousse des cris d'allégresse et réjouis-toi, fille de Sion ! Car voici je vient et j'habiterai au milieu de toi, dit l'Eternel. Beaucoup de nations s'attacheront à l'Eternel en ce jour-là et deviendront mon peuple. J'habiterai au milieu de toi et tu sauras que Adonaï Tsebaoth m'a envoyé vers toi" (Zacharie 2, versets 10 à 11).

 

LE "REMEDE" DIVIN

 

Puisque les sacrifices d'animaux étaient insuffisants pour enlever les péchés et que le Seigneur ne pouvait trouver personne qui, étant sans péché, puisse sauver son prochain, il fallait que le "remède" vienne de Dieu !

Les prophètes ont annoncé que le Messie naîtrait d'une vierge (Isaïe 7 : 14), le lieu de sa naissance serait Bethléhem (Michée 5 : 1), qu'il sortirait de la tribu de David (Isaïe 11:1), et que cet enfant Juif s'appellerait "PELEH" (Admirable, Merveilleux, Etonnant) YORETZ (conseiller), EL GUIBOR (littéralement DIEU FORT ou PUISSANT), ABI-AD (Père d'Eternité), SAR SHALOM (Prince de Paix) (Isaïe 9 : 5).


Il est indéniable qu'avec de tels attributs divins, ce Messie serait un personnage extraordinaire.


A peu près sept siècles plus tard, Myriam, fille d'Israël, de la tribu de Juda, recevait la Visitation d'un ange de Dieu qui lui annonça :


'Tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de YESHOUA (signifiant "Dieu Sauveur", "Dieu Libérateur"). Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père" (Luc chapitre 1, versets 31 à 32).

 

Le même ange précisa à Yoseph (Joseph), qui sera le père adoptif de cet enfant : "Tu lui donneras le nom de YESHOUA ; c'est LUI qui sauvera son peuple de ses péchés" (Matt. 1 : 21).

 

Trente ans plus tard, Yéshoua commençait son ministère prophétique de délivrance et de salut. Des multitudes accouraient vers lui pour entendre la Parole de Dieu plutôt que les rituels et traditions philosophiques des rabbis, eux-mêmes égarés.

Jalousie, colère et haine vont créer rapidement un climat de violence qui prendra sa pleine mesure 3 ans plus tard au moment de Pessah. Yéshoua mourra à Golgotha faisant l'expiation des péchés (l'Agneau de Dieu).

La veille de sa mort, il avait déclaré à ses disciples Juifs au cours du Seder de Pessah en leur tendant la coupe spéciale de vin réservée au Messie :

"Cette coupe est la Nouvelle Allaince en mon sang qui est répandu pour vous" (Luc 22 : 20).

 

Le lendemain au moment de sa mort, cloué sur une croix, il dit :


"TOUT EST ACCOMPLI !" (Jean 19 : 30).


Khéphas, qu'on a appelé Pierre avait bien compris que seul le sang du Messie Yéshoua pouvait pardonner nos péchés quand il dit à ceux qui ont cru :


"Ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères mais par le sang précieux du Mashiah (Messie) comme d'un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde et manifesté à la fin des temps" (1. Pierre chapitre 1, versets 18 à 20).


Yohanan, le shalyah (apôtre Jean) affirmait que :


"Le sang de Yéshoua, son fils, nous purifie de tout péché" (1. Jean 1 : 7).

 

La valeur du sang de Yéshoua le Messie a une puissance beaucoup plus grande que celle de notre rachat. La Bible affirme que par son sang nous avons une pleine victoire sur satan, le destructeur et toute sa puissance démoniaque. L'Apocalypse (LA REVELATION) ajoute que ceux qui ont été rachetés ont vaincu satan par le sang de l'Agneau et la Parole de leur témoignage" (Apoc. 12 : 11).

 

ILLUSTRATION SPIRITUELLE D'UNE TRANSFUSION SANGUINE SANS PRECEDENT !

 

Pour reprendre l'image du début : un homme est en train de mourir parce qu'il perd tout son sang. Le sang c'est la vie et sur le plan spirituel, le péché héréditaire a produit en l'être humain une espèce d'empoisonnement du sang qui produit la mort. Il faut changer de sang et pour cela pratiquer une transfusion sanguine.

C'est ce que le "médecin céleste" est venu faire : le salaire du péché c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu c'est la vie étemelle en Yéshoua, notre Messie" (Rom. 6 : 23).

Yéshoua est en même temps le "médecin" et le "donneur de sang" de haute qualité et du groupe "O", le groupe universel !

Il peut sauver n'importe qui. Juif ou Gentil, de n'importe quelle race !

Pour conclure, écoutez donc ce que Dieu disait par le psalmiste Asaph au Psaume 50 : 4 :

"Rassemblez-moi mes fidèles qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice !"

Il ne s'agit pas d'autre sacrifice que celui de Yéshoua Ha'Mashia, Sacrifice Unique par lequel est signée l'alliance avec Dieu.

Rassemblez-vous vite alors pour trouver la paix avec Dieu pour le pardon de vos péchés !

Rentrez dans l'Alliance Nouvelle par le sang purificateur du Messie, Yéshoua !

 

 

Publié dans LE SANG DE JESUS

Commenter cet article

ilfautcroire 08/12/2014 13:54

le Sang de Jésus nous sauve, nous purifie, nous justifie, nous délivre, nous lave de tous péchés, il fait bien plus que le sang des animaux que les anciens juifs sacrifiaient. C'est le sang le plus précieux de tout l'univers et le meilleur cadeau de Dieu nous a donné.